Les Brésiliens et le Parc des Princes, une belle histoire

Panoramic

Si "Ney" est ravi de "jouer à la maison", son coéquipier "Marqui" aura ses repères aussi au stade de la Porte d'Auteuil, tout comme leur capitaine, Thiago Silva, qui fut le chef de la défense du Paris Saint-Germain de 2012 à 2020. Ils poursuivent la longue tradition des Brésiliens du PSG, inaugurée dès le berceau, au début des années 1970, avec Joel Camargo, champion du monde sans jouer au Mexique. Camargo n'a disputé que deux matches pour le PSG et l'ère brésilienne a vraiment commencé avec l'arrivée de Canal+ à la tête du club et les recrutements de Ricardo, qui en sera aussi plus tard l'entraîneur, et Valdo.

> Le Brésil se balade contre le Ghana <

En avril 1994, le PSG, renforcé notamment par Bixente Lizarazu pour l'occasion, affronte le Brésil, futur champion du monde en juillet, au Parc des Princes lors d'un match amical de gala (0-0). Le coup d'envoi est donné par la légende de la F1 Ayrton Senna, onze jours avant son décès tragique en course à Imola. Rai, une des idoles historiques du Parc, et Leonardo, joueur durant une seule saison mais deux fois directeur sportif, prolongent ce foot samba, jusqu'à l'arrivée en 2001 du fantasque Ronaldinho (jusqu'en 2003).

La romance s'est poursuivie, avec aussi Nenê, Maxwell ou Daniel Alves, jusqu'à Marquinhos et Neymar. En tout, 32 Brésiliens ont porté le maillot du PSG. Le Brésil lui n'a plus joué au Parc des Princes depuis un 8e de finale de la Coupe du monde 1998 facilement gagné contre le Chili (4-1), avec des doublés de Cesar Sampaio et Ronaldo. Ce même Ronaldo y a gagné sa seule Coupe d'Europe, la Coupe de l'UEFA 1998 avec l'Inter Milan contre la Lazio Rome (3-0). Le Parc, un stade "brésilien".

 

                


>