L'Egypte porte plainte pour "racisme" lors du match contre le Sénégal

Panoramic

Mardi soir, les Pharaons ont perdu leur place dans la Coupe du monde 2022 au Qatar face aux Lions sénégalais de la Teranga après une séance de tirs au but acharnée mardi (3-1) et une atmosphère plus qu’effervescente dans les tribunes. "L’équipe égyptienne a fait l’objet de racisme après l’apparition de banderoles offensantes dans les tribunes du stade à l’intention des joueurs, en particulier Mohamed Salah, le capitaine. Le tout documenté par des photos et vidéos jointes à la plainte", a déclaré la Fédération égyptienne dans son communiqué publié sur les réseaux sociaux.

Les photos publiées par la Fédération montrent les vitres cassées du bus transportant les Pharaons, des banderoles d'insultes contre Mohamed Salah et des membres du public faisant des gestes injurieux aux joueurs. La plainte officielle a été déposée auprès de la Confédération africaine de football (CAF) et la Fédération internationale de football (FIFA), indique la Fédération égyptienne. L'impressionnant public sénégalais au stade Abdoulaye-Wade, à Diamniadio, près de Dakar n'a pas manqué d'utiliser des lasers pour perturber les Pharaons durant les tirs au but. Résultat, trois des quatre tireurs égyptiens ont manqué leur pénalty.  

Outre la plainte officielle, des séries d'images montrant le visage de Mohamed Salah, attaquant de Liverpool, masqué par des lasers à pointeur vert ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux contre le comportement des Sénégalais.  D'autres vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent des projectiles et des bouteilles lancés par le public sur le capitaine des Pharaons. 

La CAF et la FIFA n'ont pas encore donné de réponse officielle.


>