Le Maroc n'a plus le temps d'attendre

L'heure de vérité approche pour le Maroc ! La sélection entraînée par Vahid Halilhodzic est très attendue durant cette trêve internationale. Après sa qualification pour la Coupe du Monde 2018, les Lions de l'Atlas vont tenter de participer à un deuxième mondial consécutif. Dans leur histoire, ils n'y sont arrivés qu'une seule fois, avec l'enchaînement 1994 - 1998. Jusqu'au séjour en Russie, c'était d'ailleurs la dernière fois que le Maroc s'était invité au rendez-vous planétaire.

Mais plus qu'un bon départ dans les éliminatoires de la prochaine Coupe du Monde, les coéquipiers d'Achraf Hakimi sont à la recherche de certitudes. Avant d'espérer se rendre au Qatar, ils iront au Cameroun pour participer à la Coupe d'Afrique des Nations. Et dans une compétition où le Maroc ne s'est imposé qu'une fois, en 1976, l'objectif est d'atteindre le dernier carré pour la première fois depuis 2004. Et enfin assumer son statut de favori.

Vahid Halilhodzic a décidé de se passer d'Hakim Ziyech


Depuis son arrivée en août 2019, Vahid Halilhodzic ne jure que par cet horizon 2022 qu'il veut exploiter pour replacer le Maroc dans la hiérarchie du football africain et mondial. C'est donc enfin le moment où le Maroc est susceptible de montrer son vrai visage. Car jusque-là, les Lions de l'Atlas ne font pas encore l'unanimité. Même s'ils n'ont perdu qu'une fois depuis l'élimination en quarts de finale de la CAN 2019, les coéquipiers de Youssef En-Nesyri n'ont pas toujours convaincu. Ils se sont souvent contentés de succès minimalistes face à des adversaires parfois bien moins forts. Cette attitude s'explique par un large turn-over réalisé par le coach bosnien.

Le sexagénaire a réalisé une importante revue d'effectif depuis sa nomination : il a sélectionné 57 joueurs différents en sept fenêtres internationales. 17 Marocains ont découvert la sélection nationale sous ses ordres. Et alors que l'on pourrait croire qu'une hiérarchie se dégage enfin, ce n'est pas encore le cas. Pour les matchs à venir, des joueurs comme Noussair Mazraoui ou Hakim Ziyech n'ont pas été retenus pour des motifs disciplinaires et sept changements ont été réalisés depuis le dernier regroupement, permettant notamment à Imran Louza d'intégrer la tanière des Lions de l'Atlas. Le Maroc a longtemps tourné en rond ces derniers mois, mais désormais, il doit trouver sa voie. Critiqué, Vahid Halilhodzic va devoir prouver que sa stratégie était la bonne. L'heure de relever les objectifs fixés au début de son mandat est arrivée.


>