La FIFA revient à la charge pour le Mondial biennal

Reuters

Avec ce "sommet sur l'avenir du football" annoncé fin octobre, l'instance mondiale espère donner des gages de consultation démocratique, elle qui concentre les critiques depuis plusieurs mois.

Car en laissant son directeur du développement, le Français Arsène Wenger, prôner dès mars le passage à une Coupe du monde tous les deux ans, alors qu'elle se déroule tous les quatre ans depuis 1930 chez les hommes et 1991 chez les femmes, la Fifa a donné le sentiment d'un projet déjà ficelé. L'organisation peine depuis à convaincre qu'elle est réellement ouverte à toutes les options pour réformer le calendrier international au-delà de 2024, sujet si crucial qu'il a réveillé toutes les lignes de fracture entre football de club et de sélection, grands et petits pays.

Quel impact sur la santé des joueurs, l'économie des compétitions domestiques, les clubs contraints de libérer leurs internationaux, les supporteurs qui économisent argent et congés pour accompagner leur sélection, et même l'audience d'autres sports et des JO d'été ? Autant de questions toujours en suspens.

"Développer" plus de joueurs

Le 24 novembre dernier, dans une réunion face à divers acteurs du ballon rond, Arsène Wenger a donc affiné sa copie en tentant de convaincre qu'un Mondial biennal servirait les intérêts de tous. L'ancien manager d'Arsenal préconise une phase finale chaque été, en alternant Mondial et tournois continentaux comme l'Euro ou la Copa America, et en regroupant les qualifications en octobre et mars - plutôt que sur une seule fenêtre en octobre, finalement jugée "trop extrême".

"Trop de joueurs n'ont pas assez d'opportunités de se développer", plaidait-il le mois dernier, soulignant la "vitrine unique" qu'a représenté la Coupe du monde pour le Roumain Gheorghe Hagi, le Serbe Dejan Stankovic ou le Japonais Hidetoshi Nakata. Alors que "133 pays n'ont jamais disputé" la compétition reine, il promettait d'offrir "plus de chances de briller", plus de recettes pour le football mondial, tout en réduisant le nombre de trêves infligées aux clubs et en répondant aux attentes supposées "des jeunes supporteurs".

La Fifa a d'ailleurs publié vendredi la synthèse d'une étude auprès de plus de 30.000 personnes "dont le football est le sport favori", avec une majorité favorable à un Mondial "plus fréquent" chez les hommes (à 63%) comme chez les femmes (à 52%) - mais sans résultats détaillés ni méthodologie développée.

Ligue des Nations transatlantique ?

Dans un système où chaque fédération dispose d'une voix, peu importe sa taille, la Fifa peut compter depuis le 26 novembre sur le soutien unanime des 54 fédérations africaines, et sans doute sur l'appui silencieux de nombre de pays asiatiques. Elle est donc quasi assurée de voir son projet passer s'il est soumis au vote de son prochain Congrès, le 31 mars 2022 à Doha, mais s'expose à la colère d'une grande partie du foot européen et sud-américain, des grands clubs, des représentants des ligues, des joueurs et des supporteurs.

Car loin d'avoir désarmé, ce front du refus a lui même affûté ses arguments et organise la riposte, au risque de fracturer le football mondial en compétitions rivales. L'UEFA a d'abord commandé une étude évaluant à 2,5 à 3 milliards d'euros le manque à gagner sur quatre ans pour les fédérations européennes en cas de Mondial biennal - espérant convaincre les voix dissonantes comme celle du patron du foot français, Noël Le Graët, pour qui "ne pas regarder ce projet de près serait une erreur".

Mais surtout, l'instance européenne a accéléré à l'automne son rapprochement avec son homologue sud-américaine, la Conmebol, créant un nouveau choc entre champions continentaux en juin prochain et ouvrant un bureau commun à Londres. Vendredi, l'instance a confirmé à l'AFP "travailler" également sur une "Ligue des Nations commune" avec les sélections sud-américaines, qui regrouperait de fait les meilleures équipes nationales du monde au nez et à la barbe de la Fifa.


>