Italie : Mancini désire continuer en dépit du fiasco

Panoramic


 

Roberto Mancini n'a pas caché son désir de rester sur le banc de l'Italie. Quatre jours après l'élimination de l'Italie en barrages pour la Coupe du monde 2022 contre la Macédoine du Nord à Palerme (0-1), le sélectionneur de la Nazionale - sous contrat jusqu'en 2026 - était de retour en conférence de presse, ce lundi. Mardi, la sélection championne d'Europe en titre disputera une finale des perdants face à la Turquie (qui a elle été éliminée dans la voie C des barrages par le Portugal) et l'avenir du natif de Lesi a été évoqué. Ainsi, Mancini a reconnu avoir eu une discussion avec Gabriele Gravina, le président de la Fédération italienne.

 

"C'était trois ans où nous avons presque toujours gagné"


"Nous avons parlé et nous sommes d'accord sur tout, cela fait plaisir. Nous en parlerons ces prochains jours, nous verrons ce qui peut être fait pour améliorer les choses", a commenté le technicien dans des propos relatés par L'Equipe. Il s'est montré surpris par le soutien témoigné à son égard dans une période compliquée, une nouvelle fois, pour la sélection, qui ratera pour rappel une deuxième Coupe du monde consécutive. "C'était assez anormal de voir ce soutien. Dans le foot, normalement, il n'arrive pas ces choses-là. Pendant quatre ans, nous avons essayé de faire le maximum, pas seulement en gagnant les matchs, mais aussi en jouant bien, en proposant un football offensif. Et nous y sommes parvenus. Ce n'était pas seulement un mois réussi pendant l'Euro, c'était trois ans où nous avons presque toujours gagné". En octobre dernier, après 37 matchs consécutifs sans défaite, l'Italie était tombée face à l'Espagne, en demi-finale de la Ligue des nations (1-2).
 

 

La volonté de construction de Mancini demeure intacte

Pourquoi resterait-il à la tête de l'Italie ? En raison d'un désir de construction avec ce groupe, plus qu'autre chose. "Parce que je suis encore jeune. Mon objectif était de gagner l'Euro et le Mondial, pour le Mondial j'ai dû ajourner un peu. Mon travail me plaît, je prends beaucoup de plaisir et je pense pouvoir continuer à en prendre, je veux construire quelque chose d'important avec les joueurs. La déception est immense, mais nous allons de l'avant", a-t-il affirmé. Son vice-capitaine, Leonardo Bonucci, a mis en avant l'apport "unique" de Mancini : "Il s’est créé une ambiance entre les joueurs, l’encadrement et les dirigeants comme cela s’était rarement vu à Coverciano (centre technique de l’Italie). Il nous a permis d’atteindre de grands objectifs".

>