Hansi Flick face à son destin

Quasi inconnu il y a encore deux ans, Hans-Dieter Flick va endosser à partir de ce jeudi le costume de sauveur de la nation. Après deux campagnes internationales ratées, l'Allemagne a vu l'ancien du Bayern Munich prendre la succession de Joachim Löw à sa tête. C'est un véritable séisme pour le football allemand. Jogi était en poste depuis 15 ans. Plus qu'un nouveau cycle qui commence, c'est une véritable révolution qui secoue les champions du monde 2014. Et pour l'ancien entraîneur du Bayern Munich, les attentes sont aussi élevées que les défis à relever sont nombreux.
 

Dans les éliminatoires, l'Allemagne doit redresser la barre


Celui qui a été l'assistant de Joachim Lôw lors de la Coupe du Monde 2014 va devoir effacer presque toutes les traces du long mandat de son prédécesseur. Cela commence par remonter dans le classement du groupe J des éliminatoires du Mondial 2022. La Mannschaft n'est que troisième après trois journées et notamment l'humiliante défaite subie face à la Macédoine du Nord un peu plus tôt dans l'année (1-2).

Ce revers historique a été le symbole d'une Allemagne ayant chuté jusqu'à atteindre des profondeurs qui n'avaient plus été explorées depuis depuis longtemps de l'autre-côté du Rhin. L'élimination dès le premier tour de la Coupe du Monde 2018 avait été douloureuse et a laissé des traces. Désormais, c'est à Hansi Flick de les effacer. Le quinquagénaire est attendu comme l'homme capable de remettre la Mannschaft à sa place. Sur le terrain en enchaînant les victoires, mais aussi dans le coeur des supporters qui ont perdu la flamme.
 

Hansi Flick est attendu à tous les niveaux


"Nous voulons regagner les coeurs, nous rendre sympathiques et jouer un football gagnant, dynamique et attractif", lui a demandé le directeur de la Fédération allemande Oliver Bierhoff. Pour y arriver, le natif d'Heidelberg n'a pas décidé de faire une révolution lors de l'annonce de sa sélection mais il cherche à changer le style de jeu des coéquipiers de Leroy Sané. Avec celui qui a permis au Bayern Munich de remporter la Ligue des Champions en 2020, le jeu de possession qui était devenu stérile durant le mandat de Joachim Löw va laisser place à un gegen-pressing exigeant avec une intensité de tous les instants pour jouer haut et se montrer dangereux avec des contre-attaques rapides.

Ce souffle nouveau pourrait également permettre de pacifier un vestiaire qui s'est déchiré ces dernières années entre le cas Özil, les joueurs bannis et des choix pas toujours compris. Sur tous les plans, Hans-Dieter Flick est le symbole d'une nouvelle ère qui s'ouvre pour l'Allemagne.


>