Espagne - Russie : Cheryshev, un tsar à l'accent espagnol

Reuters

 « Je me sens plus Espagnol que Russe parce que j’ai passé ma vie Espagne » avait déclaré Denis Cheryshev à Marca en 2011. A cette époque, l’attaquant ne se doutait certainement pas qu’il jouerait sept ans plus tard un huitième de finale de Coupe du Monde, avec la Russie contre la Roja ! Cette rencontre a en effet une saveur particulière pour le plus Espagnol des Russes. L’Espagne, le pays d’adoption de Cheryshev, expatrié sur la péninsule ibérique depuis l’âge de six ans. La « faute » à un papa footballeur, Dmitri Cheryshev, transféré en 1996 au Sporting de Gijon. Depuis, le natif de Nijni-Novgorod n’a plus quitté l'Espagne. Celui qui possède la double nationalité y a fait toutes ses gammes. Formé à Gijon et Burgos, il sera enrôlé par le Real Madrid à 12 ans.

Cheryshev

Premier joueur russe à évoluer chez les Merengue, on lui promet alors un avenir radieux. Mais tout ne se passera pas comme prévu pour le joueur au talent indéniable. Gêné par des blessures à répétition (notamment au biceps fémoral), Cheryshev n’a pas (encore ?) réussi à confirmer les espoirs placés en lui. Incapable de boucler une saison complète (74 matchs de Liga en 5 saisons), l’ailier russe a enchaîné les prêts à Séville, Valence et Villarreal. C’est d’ailleurs avec le Sous-marin jaune qu’il a réalisé sa saison la plus aboutie, lors de l’exercice 2014-2015, avec 7 buts et 10 passes décisives toutes compétitions confondues.

Ses blessure et son inconstance lui ont valu d'être boudé par la Russie. Une sélection où, qui plus est, les joueurs évoluant au pays sont favorisés. Une discrimination « positive » qui a failli coûter le Mondial à Cheryshev, qui à 27 ans ne compte que 14 sélections avec la Sbornaya. De retour à Villarreal, le Russe n'a certes pas réalisé une saison extraordinaire (2 buts en 24 matchs) cette année. Mais difficile de se passer d'un joueur qui est techniquement au-dessus de ses compatriotes. Finalement, le sélectionneur russe, Stanislas Cherchesov, a fait appel à lui pour cette Coupe du Monde à domicile. Et il a bien fait !

Remplaçant lors du match d'ouverture contre l'Arabie Saoudite, Denis Cheryshev est rapidement entré en jeu après la blessure de Dzagoev. Une aubaine pour la Russie puisqu'il signera un doublé magnifique et contribuera ainsi à la large victoire de la Sbornaya (5-0). Titularisé lors du match face à l'Egypte, l’ailier récidive en ouvrant le score face aux Pharaons. Désigné à deux reprises « homme du match » par la FIFA, Cheryshev brille par son efficacité (7 tirs, 5 cadrés, 3 buts). Adopté par le peuple russe, il rêve désormais d'être le bourreau de « son » Espagne.