Coupe du Monde 2022 : Dusan Vlahovic, leader d'une Serbie ambitieuse

Reuters

"Il a de la chance d'être né où il est né, parce qu'on peut voir qu'il a le feu en lui et qu'il est affamé", l'avait adoubé son compatriote et ex-international Sinisa Mihajlovic quand Vlahovic avait explosé avec la Fiorentina, avant de rejoindre la Juve début 2022.  "Vous pouvez voir à la façon dont il joue qu'il a ce qu'il faut... En Serbie, vous avez ces caractéristiques gratuitement", avait ajouté l'ex-défenseur, réputé pour son caractère bien trempé. Revanchard et ambitieux, Vlahovic l'est à coup sûr au Qatar, où il va disputer son premier grand tournoi international à 22 ans.

L'occasion lui est offerte de confirmer, sur la plus belle scène du monde, qu'il est bien un futur crack du ballon rond. La Juve a déboursé pour lui en janvier 70 millions d'euros, hors bonus (de 10 M EUR) - un record pour une transaction hivernale en Italie. Arrivé à seulement 18 ans à la Fiorentina du Partizan Belgrade, son club formateur, Vlahovic a grandi en profitant notamment des conseils de Franck Ribéry, qu'il voit comme son "grand frère".

Fan de Zlatan

De la tête, en vitesse, en force ou avec sang-froid du point de penalty, l'attaquant d'1,90 m a affiné son jeu saison après saison, rappelant parfois un certain Zlatan Ibrahimovic, passé lui aussi par la Juve en début de carrière et idole de Vlahovic Pour ce prodige potentiel, la Juve a déroulé le tapis rouge avec un contrat jusqu'en 2026, en lui confiant au départ le N.7 orphelin de Cristiano Ronaldo (parti à l'été 2021) et en laissant partir Paulo Dybala pour faire du Serbe l'élément central de l'équipe. "DV9", son alias sur Instagram, a toutefois repris depuis son N.9 fétiche. Après une fin de saison 2021/22 prometteuse, Vlahovic a toutefois plafonné un peu en ce début de saison, même s'il a marqué sept buts, toutes compétitions confondues (en quinze matches). 

Son entraîneur Massimiliano Allegri a régulièrement insisté depuis son arrivée à Turin sur les points que devaient encore améliorer le jeune Serbe pour continuer sa progression.  "Quand tu joues tous les trois jours, tu ne peux pas tenir en jouant uniquement sur le physique pendant 95 minutes, il faut une certaine gestion technique", a notamment souligné "Max", en rappelant que Vlahovic n'avait pas le même rythme auparavant à la Fiorentina, une équipe qui ne jouait pas l'Europe. 

Devant le Portugal

Même s'il se bat toujours autant, ne s'économisant jamais dans les combats aériens et dans le pressing, le Serbe est aussi perturbé par quelques pépins physiques depuis l'été. Il arrive ainsi au Qatar sans grand rythme, n'ayant joué aucun des cinq derniers matches de la Juve, en raison d'une pubalgie. L'ultime match de préparation, vendredi contre Bahreïn (5-1), a toutefois permis de lever quelques doutes autour de son état de forme: le jeune attaquant est entré en tout début de deuxième mi-temps et a trouvé le chemin des filets six minutes plus tard.

La Serbie espère que Vlahovic mais aussi l'autre attaquant Aleksandar Mitrovic, lui aussi en phase de reprise après une blessure à une cheville, seront déjà d'attaque jeudi contre le Brésil. Tous deux étaient présents aux entraînements au Qatar, Vlahovic affichant une mine plutôt réjouie devant la presse.

Dans un groupe G assez ouvert, les Orlovi ont les moyens de viser la deuxième place derrière les Brésiliens, grands favoris, face au Cameroun et la Suisse. La Serbie avait été l'une des surprises des qualifications en devançant dans sa poule le Portugal de Cristiano Ronaldo, contraint d'en passer par des barrages. Danilo, Alex Sandro et Gleison Bremer, les trois défenseurs du Brésil évoluant à la Juve, n'ont pas dû oublier de prévenir leurs partenaires sur le danger Vlahovic.


>