Coupe du Monde 2018 : Tunisie, ultime défi avant de rentrer

Reuters

Avec des « si », on refait le monde. Avec beaucoup de « si », la Tunisie aurait pu aussi disputer les 8es de finale de la Coupe du Monde. Ah « si » les Aigles de Carthage avaient hérité d’un groupe plus abordable. Ah « si » la star, Youssef Msakni, ne s’était pas fait les ligaments deux mois avant la compétition. Ah « si » le calendrier était plus clément, comme débuter par le Panama par exemple.  Ah « si » les Khazri, Ben Amor, Maaloul, Hassen, Châalali, S.Ben Youssef, Khenissi et autres Bronn avaient esquivé la blessure à un moment crucial. Les circonstances atténuantes de la déroute tunisienne en Russie ne manquent certainement pas.

L’alignement des astres au-dessus du ciel russe n’a pas eu lieu et les Aigles de Carthage ont finalement été renvoyés à une logique implacable, celle du terrain. Naïfs dans les arrêts de jeu face aux Anglais, tout simplement pas au niveau contre les Belges, les hommes de Nabil Maaloul ont déçu en dépit d’une équipe au potentiel certain. A l’évidence, l’écart était trop important à combler face à deux nations annoncées comme probables surprises. Avant d’affronter le Panama ce soir dans un match sans grand enjeu, Nabil Maaloul, le sélectionneur national, devra trouver les mots pour remobiliser ses troupes. 

Si le parcours de la Tunisie n’est pas bon, tout n’est pas à jeter pour autant. Les champions d’Afrique 2004 sont venus en Russie avec l’un des plus jeunes effectifs. Une nouvelle génération qui va très certainement apprendre de ce mondial russe. Un groupe qui peut également terminer sur une bonne note en s’imposant face au Panama. Il s’agira de mettre de côté sa déception pour permettre à la Tunisie de gagner enfin un match en Coupe du Monde. La dernière fois que le peuple tunisien a connu cette joie, c’était en 1978 ! Il y a 40 ans, les Aigles de Carthage faisaient sensation en s’imposant 3-1 face au Mexique. La génération dorée tunisienne emmenée par les Dhiab, Ghommedih, Kaabi et autre Attouga offrait par la même occasion à l’Afrique sa première victoire en Coupe du Monde. Depuis ? C’est le néant ! 1998, 2002, 2006, même constat : deux défaites, un nul. Alors, même si les Aigles sont aujourd’hui éliminés, une victoire face au Panama serait la bienvenue et permettrait certainement de vaincre le signe indien pour les prochaines éditions.

En face, le Panama, pour sa première participation à un Mondial, rêve de décrocher sa première victoire. La tâche s’annonce ardue et Maaloul devra aligner les bons hommes. Pas une mince affaire quand on sait que la guigne continue de faire des ravages dans les rangs des Aigles de Carthage. Après les blessures de Hassen face à l’Angleterre, de Bronn et Ben Youssef contre la Belgique, c’est au tour de Ben Mustapha, le gardien n°2 propulsé titulaire, de déclarer forfait. La Tunisie se présentera donc face au Panama avec un seul gardien. Une situation cocasse qui a d’ailleurs obligé le sélectionneur national à mettre les gants lors d’une opposition à l’entraînement mercredi. Finalement, il est temps que cette Coupe du Monde se termine pour la Tunisie. Et sur une bonne note tant qu’on y est…