Coupe du Monde 2018 : Milinkovic-Savic, un joyau prêt à briller

Panoramic

« Je sens la pression sur mes épaules. Tous les jours, il sort une nouvelle histoire sur mon avenir. J’essaye de me concentrer sur ma sélection. Je veux seulement penser au Mondial. A la fin de la compétition, je déciderai où je veux jouer ». Sergej Milinkovic-Savic le sait, il s’apprête à vivre un été pas comme les autres. Très convoité par de nombreuses grosses écuries (Real Madrid, Juventus et Manchester United notamment), le Serbe devrait être un des joueurs qui animera le mercato cet été. Nul doute que ses prestations seront scrutées tout au long de cette Coupe du Monde.

Claudio Lotito s’en frotte les mains d’avance. Le président de la Lazio a affirmé avoir repoussé une offre de 110 millions d’euros pour sa pépite. « 120 millions d’euros ? Oui, par jambe » a plaisanté, il y a quelques jours, celui qui compte bien profiter du Mondial pour faire monter les enchères.

L’été dernier, déjà, Milinkovic-Savic avait suscité l’intérêt de plusieurs clubs. Mais le milieu de terrain a clairement pris une nouvelle dimension cette saison. Avec 12 buts et 3 passes décisives en 35 matchs de Serie A, le Serbe a su se montrer décisif en plus de ses innombrables qualités. Fils d’un footballeur et d’une basketteuse, tous deux professionnels, ce grand gaillard d’1m92 a des aptitudes physiques au-dessus de la moyenne. Véritable prototype du joueur moderne, « SMS » brille par sa polyvalence. Capable d’allier physique et technique, force et finesse, effort et justesse, il rayonne depuis maintenant trois saisons dans l’entre-jeu romain.

Milinkovic-Savic

Dès son arrivée en Italie (en provenance de Genk), certains n’ont pas hésité à le comparer à Paul Pogba qui faisait alors le bonheur de la Juventus. Mais le volume de jeu du joueur de 23 ans est tel que son entraineur Simone Inzaghi estime qu’il peut aller encore plus loin : « Il a les cartes pour devenir encore plus fort que Pogba ». Son agent Mateja Kezman, l’ancien joueur du PSG, est lui aussi dithyrambique concernant son protégé. « Il a fait beaucoup de progrès et peut devenir le footballeur le plus complet de la planète. Il a un touché de balle à la Brésilienne. Des fois, il me rappelle Zidane. Dans quelques années, il pourrait être un candidat au Ballon d’Or ».

Des louanges méritées que Milinkovic va devoir maintenant confirmer sur la scène internationale avec la Serbie. Champion d’Europe en 2013 avec les U19 et champion du monde en 2015 avec les U20, le milieu de terrain n’a pas encore eu la chance de s’exprimer avec les A. Malgré son talent indéniable, il a connu sa première cape avec les Aigles Blanc le 10 novembre dernier. La faute à Slavoljub Muslin, le sélectionneur serbe, qui avait fait le choix surprenant de se passer de ce joyau. Malgré la qualification pour le Mondial, la fédération serbe a d’ailleurs décidé de se séparer de l’ancien coach de Bordeaux, lui reprochant notamment de ne pas faire assez appel à la jeune génération prometteuse. Son successeur, Mladen Krstajic a remédié à cette anomalie. Le néo-sélectionneur serbe a fait de « SMS » un titulaire indiscutable à l’aube de la Coupe du Monde. Cet été, on pourrait alors assister à l’éclosion d’un futur grand.