Coupe du Monde 2018: Feu vert pour les Diables Rouges

Reuters

On avait quitté une Belgique triste de se faire éliminer au Brésil en quarts de finale face à l’Argentine sur un but de Gonzalo Higuain. Depuis 2014, les Diables Rouges ont bien grandi et Roberto Martinez peut se targuer d’avoir une équipe qui a pris en maturité et des joueurs en confiance à l’image de Kevin De Bruyne, auteur de 8 buts et 16 passes décisives en Premier League avec Manchester City. De l’équipe titulaire face à l’Argentine, il reste 8 joueurs qui ont fait le voyage en Russie, dont 7 qui devraient débuter aujourd'hui, puisque Marouane Fellaini devrait prendre place sur le banc des remplaçants. Quatre ans plus tard, la Belgique voit grand et son histoire avec la Coupe du Monde 2018 débute face au Panama

Une série de 19 matchs sans défaite

Déséquilibré sur le papier, ce match l’est encore plus quand on regarde les chiffres. Le Panama joue son tout premier match de Coupe du Monde. Depuis 1986 et une défaite face au Mexique, la Belgique reste sur une série de 11 matchs sans défaite contre des équipes de la zone CONCACAF (9 victoires et 2 nuls). Plus encore, la Belgique reste sur une longue série de 19 matchs sans la moindre défaite. Cette dernière remonte au 1er septembre 2016 face à l’Espagne (0-2). Tout l’inverse du Panama, qui n’a jamais gagné face à une sélection européenne (4 nuls et 5 défaites). Tous les feux sont au vert pour nos voisins belges.

Le monde du foot a les yeux rivés sur cette sélection belge qui fait peur. La preuve en est que lors de la conférence de presse d'avant-match, 6 langues ont été utilisées : le français, l'anglais, le néerlandais, l'espagnol, le russe et le portugais. 

Les coéquipiers d’Eden Hazard ont eu le temps de voir que le début de compétition est plus que difficile pour les « grandes » nations. L’Allemagne, l’Argentine et le Brésil n’ont pas réussi à réussi leur entame de compétition. Roberto Martinez et son staff sont prévenus, il ne faudra pas prendre de haut un adversaire qui « n’a aucune limite », comme l'a confié Hernan Dario Gomez, le sélectionneur panaméen, en conférence de presse. 

Il est donc temps pour la génération dorée belge de faire vibrer tout un pays qui ne demande que ça. C'est aux joueurs qui composent cette formidable sélection d’emmener leur équipe nationale vers les sommets.