Bleus : Wembanyama, l'émotion avant la première sélection

Panoramic


Avant la première sélection, place à l'émotion pour Victor Wembanyama (18 ans, 2,21 m). Mardi, à trois jours de vivre ses débuts sous le maillot de l'équipe de France, le phénomène du basket français a déjà eu droit à sa charge d'émotion. Leurs deux prochains rendez-vous, contre la Lituanie vendredi puis face à la Bosnie-Herzégovine à Pau lundi (à chaque fois pour le compte des qualifications de la Coupe du Monde 2023), les Bleus ont en effet décidé de les préparer à Nanterre dans ce Palais des Sports Maurice-Thorez où tout avait commencé pour le prodige, en 2019. "Ca fait quelque chose (de revenir dans cette salle)", n'a d'ailleurs pas caché la nouvelle attraction du championnat de France. Toutefois, celui dont la NBA diffuse chaque sortie avec Boulogne-Levallois tandis que les Mets ont déjà vendu toutes leurs places pour les matchs à domicile jusqu'à la fin de la saison est déjà rivé vers vendredi et ce fameux baptême du feu. Wembanyama aurait dû disputer l'Euro l'été dernier, mais une blessure l'avait privé de l'événement comme de ses débuts en bleu. "Le maillot de l'équipe de France, je l'ai déjà porté en équipes jeunes, ça fait toujours la même chose, ça donne une motivation en plus en fait. Une motivation que je retrouve chaque année chez mes coéquipiers mais aussi chez mes adversaires", a avoué la star des Mets mardi tout en sachant très bien pourquoi défendre les couleurs de sa sélection est incomparable.

"L'équipe de France, ça restera toujours dans un coin de ma tête"





"Se battre pour son pays, c'est totalement différent, ça donne une énergie intérieure." Et le géant formé à Nanterre peut d'ores et déjà s'y habituer. On l'imagine mal en effet ne pas enchaîner les rencontres avec les Bleus dès lors qu'il y aura goûté. "Je vais essayer de bien m'inclure dans le projet, de voir comment ça se passe et de m'adapter au mieux à l'environnement pour apporter deux victoires à l'équipe de France", confie uniquement pour le moment le chouchou du Palais des Sports Marcel-Cerdan, lui que Vincent Collet avait réussi à convaincre de quitter l'ASVEL après seulement une saison passée dans le Rhône et pour qui le sélectionneur des Bleus avait souhaité prolonger l'aventure dans les Hauts-de-Seine. Ce n'est d'ailleurs qu'une question de jours avant que Collet puisse d'ailleurs très vite se vanter de coacher la pépite et en club et en sélection. Wembanyma accorde "beaucoup d'importance" à l'un comme à l'autre. "L'équipe de France, je ne dirais pas que c'est un projet central car ce n'est que quelques matches dans l'année, mais c'est prépondérant. Et ça restera toujours dans un coin de ma tête." Un atout monstre pour ces Bleus qui s'étaient inclinés contre l'Espagne en finale du dernier Euro.

>