Les Bleus toujours invaincus

Reuters

"Ils vont être à la limite du physique, certains d’entre eux aiment emmerder le monde." Nando De Colo, interrogé dans les colonnes de L’Equipe, avait prévenu: les Dominicains, vainqueurs surprises des Allemands deux jours plus tôt, ne sont pas du genre à se faire marcher dessus. Et s’ils ont pris une belle volée face aux Bleus jeudi à Shenzen (90-56), dans le dernier match de ce groupe G entre deux équipes déjà qualifiées pour la seconde phase, les Caribéens ont bien tenté de faire dégoupiller les hommes de Vincent Collet.

Après un départ canon des Tricolores (10-0), qui possédaient un avantage très conséquent à la pause (43-21), le ton a ainsi commencé à monter au retour des vestiaires. Et après les mots, Rudy Gobert a posé un gros écran, avec le coude, avant que les esprits ne s’échauffent entre Evan Fournier et Eloy Vargas, puis Amath M’Baye. Les arbitres ont alors distribué les fautes techniques et antisportives. Et le match a pu reprendre, avec des Dominicains un peu plus fringants, comme ragaillardis par cette échauffourée.

Mais c’était insuffisant pour inquiéter les Bleus d’un Nando De Colo retrouvé et meilleur marqueur du match (15 points). "On en connait certains qui ont joué en Espagne, et qui aiment faire un peu des choses comme ça. Mais on est restés ensemble", commentait ensuite Andrew Albicy pour Canal+ Sport. Outre De Colo, Gobert (13 points et 8 rebonds), Mathias Lessort (11 points), particulièrement en verve, et Fournier (10 points) ont aussi atteint ou dépassé les 10 unités, alors que Nicolas Batum (6 points), préservé contre les Jordaniens, a d'abord été discret. Frank Ntilikina (8 points et 4 passes) s’est encore montré offensif, et Axel Toupane (8 points et 4 rebonds) a bien performé en sortie de banc, notamment à 3 points (2/3). Un exercice où les Bleus ont fait preuve d’une rare adresse (9/18).

De quoi parfaitement préparer la deuxième phase, et les chocs contre la Lituanie (samedi) et l’Australie (lundi). Un deuxième tour où les résultats du premier tour sont pris en compte. "Maintenant, les choses sérieuses commencent. On va avoir des vrais tests, pour savoir si notre défense est vraiment en place", conclut Albicy. Qui, comme ses coéquipiers, a hâte de se frotter à des oppositions d’un autre standing dans cette indécise Coupe du monde chinoise.