Rallye - WRC - Kenya : Loeb en terre inconnue

Panoramic

C’était en juillet 2002. Alors âgé de 28 ans, Sébastien Loeb participait à son premier rallye du Kenya et avait terminé cinquième, pour sa première saison en WRC, au volant d’une Citroën Xsara avec laquelle il finira dixième du championnat du monde. Vingt ans plus tard, l’Alsacien va faire son grand retour avec sa Ford M-Sport sur cette épreuve, qui est revenue au calendrier WRC la saison passée, après avoir disparu après l’édition 2002, justement. Vainqueur à Monte-Carlo et contraint à l’abandon au Portugal lors des deux piges qu’il a effectuées en WRC cette année, Loeb, qui concourt également en rallye-raid, en DTM (championnat allemand de voitures de tourisme) et en Extreme E (courses de SUV électriques), arrive en terre inconnue, comme il l’a confié à Autosport.

Loeb : "J'ai plus de souvenirs avec les animaux sauvages"'


« C'était agréable d'être compétitif au Portugal, les sensations dans la voiture étaient bonnes, ce qui est encourageant. Le Kenya est quelque chose de très différent, mais il vaut mieux savoir que nous étions compétitifs au Portugal. Je ne connais pas le rallye du Kenya d'aujourd'hui, tout ce que j'ai vu, c'est des vidéos, il semble être accidenté avec de grosses pierres, donc les crevaisons pourraient être un problème. Le rallye du Kenya est assez étonnant ; c'est un rallye où j'ai le plus de souvenirs avec les animaux sauvages partout pendant les reconnaissances. Je sais que le rallye est très différent de la dernière fois que j'y ai couru. La différence pour moi par rapport aux autres rallyes que j'ai disputés cette année, c'est que je n'ai aucune expérience des spéciales au Kenya, je n'en ai jamais fait auparavant donc ça va être compliqué. » Rappelons que l'autre pilote qui court de temps en temps en WRC cette année, Sébastien Ogier, sera également au départ. La première spéciale des 19 spéciales aura lieu jeudi à 13h08.

>