FA Cup - Saint-Maximin, le chouchou contrarié de Newcastle

Reuters
Des chants en son honneur, avant la plus grande ovation de l’après-midi. Samedi après-midi, lors d’un triste match nul face à Burnley (0-0), Allan Saint-Maximin a encore pu apprécier sa cote d’amour à St. James Park, où plus de 52 000 spectateurs, qui ont vu passer leur lot de Frenchies, s’étaient entassés pour assister à cette rencontre entre le 14et le 10e de Premier League.

De nouveau touché aux adducteurs dans la semaine, l’ancien Niçois avait été laissé sur le banc au coup d’envoi, ce qui n’avait pas manqué de déclencher la fureur des fans de Newcastle sur les réseaux sociaux, eux qui ne comprenaient pas comment Steve Bruce, qui a succédé à Rafael Benitez l’été dernier, pouvait se passer de l’une des rares satisfactions de la saison des Magpies. Et qui ne fait pas uniquement parler de lui en raison de ses bandeaux.
 

Héroïque à Oxford


Pour leur plus grand plaisir, il est finalement rentré en jeu pour le dernier quart d’heure, mais n’a pas pu faire la différence. Et son entraîneur a reconnu qu’il était très incertain pour le huitième de finale de FA Cup de mardi sur la pelouse de West Bromwich Albion. Un gros coup dur pour cette équipe de Newcastle moribonde en championnat, avec un seul succès sur ses dix derniers matchs, et qui avait été sauvée par son Français au jeu spectaculaire lors du tour précédent en coupe.

Saint-Maximin régale et qualifie Newcastle : 


De retour de blessure, toujours à la cuisse, il avait ainsi permis d’éviter la séance des penaltys en inscrivant un superbe but pour sceller la qualification des siens à Oxford (2-3, a.p.). Son deuxième but de la saison, seulement, pour une passe décisive, qui pouvait lui faire "énormément de bien" selon Bruce. Mais celui qui est le quatrième meilleur dribbleur de l’élite anglaise a donc rechuté, et n’est donc pas assuré de pouvoir jouer à West Brom. Où Newcastle aurait bien besoin de lui, comme pour la fin du championnat, avec un effectif peu pourvu en créateurs et qui est loin d’avoir assuré son maintien.



>