Mercedes : Pour Wolff, Hamilton est prêt à tout donner pour aller chercher le titre

Rien n’est joué dans la course au titre de champion du monde. Avec deux Grands Prix encore à disputer, Lewis Hamilton a réduit son déficit sur Max Verstappen à seulement huit points. Victorieux des deux dernières manches au Brésil puis au Qatar, le septuple champion du monde s’est montré implacable depuis sa disqualification au terme des qualifications du Grand Prix disputé à São Paulo. Pour Toto Wolff, cet événement a été un déclencheur dans l’esprit de son pilote. « Ils ont réveillé le lion lors du samedi d’Interlagos, a déclaré le patron de l’écurie Mercedes. Il est absolument dans le coup, il est brutal et plein de sang-froid. C'est la meilleure version de Lewis, nous l'avons vu dans le passé. Quand il fait face à de l’adversité, il se met dans une position où il est capable de faire appel à des pouvoirs de super-héros. Et c'est cette adversité qui a déclenché cette réaction à Interlagos. »

Wolff : « Celui qui gagnera le championnat le méritera »

S’il admet que le fait de voir Max Verstappen empocher le point du meilleur tour en course à Losail est « un peu dérangeant », Toto Wolff s’est satisfait de la victoire de son poulain. « Ce qui est bien, c’est que Lewis Hamilton a gagné la course et la voiture s’est montrée très rapide. Il semble que nous sommes dans une bonne fenêtre, il a contrôlé la course et c’est une indication intéressante pour ce qui nous attend en Arabie Saoudite et à Abu Dhabi », a ajouté le dirigeant autrichien. Avec Lewis Hamilton au contact de Max Verstappen et Mercedes juste devant Red Bull Racing au classement constructeurs, Mercedes peut ambitionner un doublé qui, aux yeux de Toto Wolff, est le fruit du travail de son équipe. « Si vous nous aviez dit au début de la saison que la bataille pour le titre irait jusqu’en Arabie Saoudite ou jusqu’au terme de la saison, on aurait signé tout de suite, a déclaré le patron de l’écurie allemande. Je pense que nous avons commencé la saison un ton en-dessous, nous n’étions tout simplement pas assez bons, la réglementation n’est pas allée dans notre sens et on a dû l’accepter. Dès lors, celui qui gagnera le championnat le méritera. » Et si les Flèches d’Argent devaient échouer, cela coûterait sans doute « une ou deux nuits blanches » à Toto Wolff…

>