Leclerc, quel enchaînement !

Reuters

Huit fois sur onze, le poleman à Singapour a fini par y remporter le Grand Prix, soit dans 73% des cas. Voilà une statistique qui en dit long sur l’ascendant pris ce samedi par Charles Leclerc à Marina Bay. Déjà en tête de grille en Belgique et en Italie ce mois-ci, le jeune Monégasque de 21 ans a su s’y offrir ses deux premières victoires en F1 – il pourrait bien faire ce dimanche la passe de trois, sur un circuit urbain particulièrement technique qui n’autorise que peu de changements de position.

L’an dernier, Lewis Hamilton y avait triomphé avec une aisance déconcertante, au terme d’une morne course qui n’avait guère accouché que de cinq dépassements. "Je suis extrêmement heureux, c'était un très bon tour, dixit Charles Leclerc à l’issue des qualifications sur l’antenne de Canal+. Mais il y a eu des moments où c'était très chaud, j'ai failli perdre la voiture. Je suis en pole et je veux remercier l'équipe. On est venu ici en sachant que la piste allait être difficile pour nous, mais l'équipe a fait un travail incroyable. On a apporté de nouvelles pièces qui ont fonctionné, ça fait du bien de le constater."

Mal parti vendredi avec une panne à déplorer lors de la première session d’essais libres, le nouveau chouchou de Maranello a fait du chemin en effet en deux jours. Son coéquipier Sebastian Vettel relégué à 220 millièmes en Q3, Charles Leclerc s’est permis également de résister à la flèche d’argent Lewis Hamilton, repoussée quant à elle à 191 millièmes quand la première Red Bull, celle de Max Verstappen, pointe à près de six dixièmes. "Je ne sais pas où les Ferrari ont trouvé un tel rythme, aujourd'hui, soufflait après coup le pilote Mercedes et leader du championnat. A priori, cette piste nous était plus favorable, mais ils ont très bien travaillé. J'ai tout donné à la fin, au point de frôler les murs, mais je suis satisfait d'être sur la première ligne, bien placé entre les deux Ferrari. Demain, nous pourrons être encore plus agressifs !"