Haas : Une première saison compliquée mais fructueuse pour Nikita Mazepin

Nikita Mazepin n’a pas connu des débuts en Formule 1 faciles. Entre polémiques, le fait de profiter du soutien financier de son père pour arriver dans la discipline et des erreurs en pistes, le pilote russe a été en difficulté au volant d’une Haas qui était la même monoplace qu’en 2020, saison durant laquelle Romain Grosjean et Kevin Magnussen avaient été en grande difficulté. L’écurie américaine a sacrifié sa saison 2021 pour tout miser sur 2022 et la nouvelle donne technique. Nikita Mazepin, quant à lui, assure être prêt à élever son niveau de jeu. « Je suis bien évidemment prêt à me battre en milieu de grille la saison prochaine, a confié le Russe dans des propos recueillis par le magazine britannique Autosport. Je me sens prêt à 100%. » Pour justifier sa prise de position, Nikita Mazepin a assuré s’être « senti bien » quand il a dû batailler avec des monoplaces plus compétitives que la sienne.

Mazepin : « Difficile de repartir avec de la satisfaction »


Malgré des résultats plus que modestes, avec une 14eme place en Azerbaïdjan comme meilleur classement, le natif de Moscou assure avoir pu construire de la confiance tout au long de la saison. « Lors de ma première course à Bahreïn, j’ai le souvenir d’avoir eu peur car ces voitures sont très longues et très larges, s’est-il remémoré. Désormais, je me sens bien et piloter une voiture plus équilibrée mais également plus prévisible devrait être plus simple et me permettre de prendre plus de plaisir. » Alors qu’il a été dominé à quinze reprises par Mick Schumacher, Nikita Mazepin a admis que « c’était difficile de repartir avec de la satisfaction » alors qu’il pouvait considérer le fait de finir devant l’Allemand comme « un bon résultat ». Toutefois, au sortir de sa première saison en Formule 1, le Russe assure qu’elle « a été positive ». « Au niveau de la confiance et de ma compréhension, on a fait de grands pas en avant par rapport de là où nous avons démarré », a-t-il conclu. Des progrès que le Moscovite va devoir prouver en piste si son équipe peut lui fournir un matériel plus performant.

>