GP du Brésil : Victoire folle pour Verstappen, premier podium pour Gasly

Qui aurait prédit un tel podium au départ du Grand Prix du Brésil ? Dans une course où l’usure importante des gommes Pirelli mais également deux interventions de la voiture de sécurité aura provoqué des stratégies à trois arrêts, Max Verstappen a signé une victoire autoritaire mais, derrière le Néerlandais, Lewis Hamilton a manqué le coche, ce qui a profité à la surprise du jour, Pierre Gasly. Au départ, alors que tout le monde attendait une attaque de Sebastian Vettel sur le pilote Red Bull Racing, c’est Lewis Hamilton qui a damé le pion au pilote Ferrari pour prendre la deuxième place. Derrière, Charles Leclerc est passé à l’attaque et, au bout de seulement dix tours, le Monégasque avait déjà pris place dans le Top 6, objectif minimum pour le pilote Ferrari.

Mais la suite de la course s’est avérée pénible pour l’écurie de Maranello. La course a pris un tour stratégique après 20 tours quand Lewis Hamilton est passé par les stands pour passer un deuxième train de pneus tendres, ouvrant la porte à une stratégie à deux arrêts minimum. Un tour plus tard, Max Verstappen a suivi dans la ligne des stands mais, gêné par Robert Kubica, il a perdu un peu de terrain sur le Britannique.

Ferrari, l’autodestruction

Cette volée d’arrêts a vu différentes stratégies se dessiner, dont celle de Sebastian Vettel qui a troqué ses gommes tendres pour des gommes medium afin d’essayer d’aller au bout de la course. Charles Leclerc, pour sa part, a tenté le coup d’une stratégie à un seul arrêt avec des gommes dures mais ça n’a pas fonctionné au final. Le tournant de la course a été le 52eme tour, après une deuxième volée d’arrêts qui n’a pas changé la donne.

Bouchonné par le Monégasque, Valtteri Bottas a vu son moteur Mercedes le lâcher et le contraindre à s’arrêter en bord de piste, provoquant une première intervention de la voiture de sécurité, ce qui a resserré les écarts et changé la donne car Max Verstappen a pris le risque de faire un arrêt pour passer aux pneus tendres alors qu’il était en tête de la course, cédant le commandement à Lewis Hamilton. Sept tours plus tard, la relance a vu le Néerlandais tirer le plein potentiel de ses gommes tendres pour dépasser le Britannique dès le premier virage quand, derrière, Alexander Albon s’est joué de Sebastian Vettel, mettant l’Allemand aux prises avec son coéquipier. Le deuxième tournant a eu lieu à cinq tours de la fin quand, à la suite d’un contact minime roue contre roue, les deux pilotes Ferrari ont été contraints à l’abandon, provoquant l’ire de leur patron Mattia Binotto masi également une situation que toute écurie veut éviter. En conséquence, la voiture de sécurité a fait une nouvelle fois son entrée en piste.

Gasly, la surprise du chef !

Cette fois, c’est Lewis Hamilton qui a profité de la neutralisation pour rentrer dans la ligne des stands et chausser des gommes tendres fraîches pour un dernier assaut. Cela a permis à Alexander Albon et Pierre Gasly de remonter d’un rang, c’est-à-dire à la deuxième et à la troisième place. La relance, ordonnée à deux tours de l’arrivée, a vu Max Verstappen ralentir le peloton jusqu’au tout dernier moment, sur la grille de départ. C’est alors que Lewis Hamilton n’a laissé aucune chance au Français pour s’attaquer au Thaïlandais. Mais le pilote Mercedes a dépassé la ligne jaune, heurtant le pilote Red Bull Racing, qui a terminé à une quinzième place bien loin de son potentiel, et permettant à Pierre Gasly d’occuper une inattendue deuxième place.

Alors que Max Verstappen s’est envolé vers une victoire amplement méritée, Pierre Gasly a su se défendre face à Lewis Hamilton, qui a admis son erreur et a été sanctionné par les commissaires d'une pénalité de cinq secondes, qui le fait chuter à la septième place. Le pilote Toro Rosso devient ainsi le plus jeune pilote français à monter sur le podium en F1, battant Jean Alesi pour ce record, et prend la suite de Romain Grosjean, dernier Tricolore sur la « boîte » lors du Grand Prix de Belgique en 2015, avec une troisième place.

Une belle réponse du pilote français à Red Bull, qui lui a préféré Alexander Albon pour 2020. Derrière le duo de tête, Carlos Sainz Jr est le grand gagnant de la pénalité infligée à Lewis Hamilton. Quatrième sur la piste, il remonte d'un rang dans la hiérarchie et signe son premier podium en F1, le premier pour McLaren depuis le Grand Prix d'Australie 2014, où Kevin Magnussen avait terminé deuxième devant son coéquipier Jenson Button. Les incidents de la fin de course ont également fait l’affaire des pilotes Alfa Romeo Racing avec Kimi Räikkönen quatrième devant Antonio Giovinazzi. Romain Grosjean, longtemps dans le Top 10, a payé une stratégie manquée et se contente de la 14eme place. Un Grand Prix totalement fou qui confirme la montée en puissance du moteur Honda, qui réalise le doublé, et va donner un supplément de confiance à Pierre Gasly !