GP d’Espagne : Verstappen vainqueur et nouveau leader du championnat

Panoramic


La roue a-t-elle tourné ? Alors que Max Verstappen a mangé son pain noir à Bahreïn puis en Australie, c’est Charles Leclerc qui a connu les affres de l’abandon lors du Grand Prix d’Espagne. Pourtant, 27 tours durant, le Monégasque a dominé de la tête et des épaules la course. Après avoir résisté à la charge de Max Verstappen au premier virage, le pilote Ferrari a parfaitement géré le train de pneus tendres neufs économisé ce samedi en Q2 pour creuser progressivement l’écart. Un premier tour qui a été marqué par l’accrochage entre Kevin Magnussen et Lewis Hamilton qui envoyé les deux pilotes en fond de classement, le Britannique repartant loin derrière en raison d’une crevaison. Charles Leclerc a même été aidé par l’erreur du Néerlandais au 9eme tour, à la limite du tête-à-queue au virage 4 après une rafale de vent. Un phénomène qui avait déjà pris à revers Carlos Sainz Jr qui, après avoir perdu deux places au départ, a également fait une excursion dans le bac à graviers deux tours auparavant. Max Verstappen a alors reculé au quatrième rang derrière un George Russell vindicatif dans sa défense et son coéquipier Sergio Pérez. La volonté de remonter du champion du monde en titre a alors été tempérée par un DRS récalcitrant, qui ne s’est pas ouvert de manière régulière.

Leclerc, le crève-cœur


Sur une piste du Circuit de Barcelone-Catalogne surchauffée, les pneus ont énormément souffert et le jeu tactique a démarré dès le 11eme tour avec Carlos Sainz Jr mais également Fernando Alonso, parti dernier après un changement de moteur, ou encore Guanyu Zhou. George Russell et Max Verstappen ont fait de même trois tours plus tard quand Charles Leclerc a prolongé son premier relais pour huit tours de plus. Derrière un Monégasque solidement installé en tête de course, George Russell a usé de toutes les ruses pour s’accrocher à la deuxième place. Le tournant de ce Grand Prix a eu lieu au 27eme tour. Alors qu’il comptait plus de dix secondes d’avance sur la concurrence et semblait se diriger vers une victoire, Charles Leclerc a fait état d’une perte de puissance quand le son laisse imaginer une casse du turbo de la F1-75. Le Monégasque, la mort dans l’âme, a été contraint à l’abandon pour la première fois de la saison et abandonne la tête du championnat avant son Grand Prix national le week-end prochain. Aux avant-postes, Max Verstappen a commencé à perdre ses nerfs face à la résistance du pilote Mercedes. Conséquence directe de cette situation, le Néerlandais a avancé son deuxième arrêt pour chausser des gommes tendres usées.


Verstappen est passé à l’offensive


L’objectif était d’avoir un gros rythme pour mettre sous pression George Russell en fin de course. Dans la foulée, après avoir demandé à passer son coéquipier pour attaquer le Britannique, Sergio Pérez a saisi sa chance pour s’emparer de la première position. Huit tours après l’arrêt de Max Verstappen et alors que le Néerlandais venait de faire la jonction, George Russell a plongé dans les stands pour un deuxième arrêt, chaussant des gommes medium neuves. Ce à qui Sergio Pérez a répondu dès le tour suivant. Le champion du monde en titre, de son côté, a effectué un troisième arrêt au 45eme tour et a repris la piste juste devant George Russell. Le muret Red Bull Racing a alors immédiatement donné l’ordre à Sergio Pérez de ne pas résister face à son chef de file. Jugeant cela « injuste », le Mexicain a obtempéré au 49eme tour, permettant à Max Verstappen de s’envoler vers la victoire. La victoire étant hors de portée, George Russell a fait un troisième arrêt pour conforter sa troisième place. Max Verstappen a passé la ligne d’arrivée avec treize secondes d’avance sur son coéquipier Sergio Pérez pour un nouveau doublé Red Bull Racing après celui acquis à Imola.

Verstappen prend l’avantage au championnat


Conséquence directe de l’abandon de Charles Leclerc, le Néerlandais prend la tête du championnat pilotes alors qu’il comptait plus de 40 points de retard après son abandon à Melbourne. George Russell complète le podium mais n’a pas non plus connu une fin de course facile. Inquiète de la consommation de la W13, le stand Mercedes a demandé à ses deux pilotes de réduire le rythme dans les trois derniers tours afin de s’assurer d’avoir suffisamment de carburant dans la monoplace après la course. Un souci qui n’a pas permis à Lewis Hamilton, qui avait ouvert la porte à un abandon à la suite de l’incident du premier tour, de défendre sa quatrième place face à Carlos Sainz Jr qui, devant son public, limite autant que possible la casse pour Ferrari, qui cède la tête du championnat constructeurs à Red Bull Racing. Valtteri Bottas, qui aurait pu croire à un podium, termine sixième devant un Esteban Ocon agressif en début de course pour effacer des qualifications manquées ce samedi. Son coéquipier Fernando Alonso, au prix d’une énorme remontée, a coupé la ligne d’arrivée en neuvième positon, entre Lando Norris et Yuki Tsunoda. Pierre Gasly, de son côté, a connu une course à oublier. Jamais dans le rythme, le Normand a même été pénalisé pour un accrochage avec Lance Stroll. Le résultat est un 13eme place et aucun point. Place maintenant au Grand Prix de Monaco, dans l’étroitesse de la Principauté.

FORMULE 1 / GRAND PRIX D’ESPAGNE
Classement final - 66 tours (308,424km) - Dimanche 22 mai 2022
1- Max Verstappen (PBS/Red Bull Racing) en 1h37’20’’475
2- Sergio Pérez (MEX/Red Bull Racing) à 13’’072
3- George Russell (GBR/Mercedes) à 32’’927
4- Carlos Sainz Jr (ESP/Ferrari) à 45’’208
5- Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) à 54’’534
6- Valtteri Bottas (FIN/Alfa Romeo) à 59’’976
7- Esteban Ocon (FRA/Alpine) à 1’15’’397
8- Lando Norris (GBR/McLaren) à 1’23’’235
9- Fernando Alonso (ESP/Alpine) à 1 tour
10- Yuki Tsunoda (JAP/AlphaTauri) à 1 tour

13- Pierre Gasly (FRA/AlphaTauri) à 1 tour


Meilleur tour en course (+1 point) : Sergio Pérez (MEX/Red Bull Racing) - 1’24’’108

Classement du championnat du monde pilotes après 6 Grands Prix (sur 22)
1- Max Verstappen (PBS/Red Bull Racing) 110 points
2- Charles Leclerc (MCO/Ferrari) 104
3- Sergio Pérez (MEX/Red Bull Racing) 85
4- George Russell (GBR/Mercedes) 74
5- Carlos Sainz Jr (ESP/Ferrari) 65

9- Esteban Ocon (FRA/Alpine) 30

13- Pierre Gasly (FRA/AlphaTauri) 6


Classement du championnat du monde constructeurs après 6 Grands Prix (sur 22)
1- Red Bull Racing 195 points
2- Ferrari 169
3- Mercedes 120
4- McLaren 50
5- Alfa Romeo 39
6- Alpine 34

>