GP de Monaco : Un accord sera trouvé pour le prince Albert II

Le Grand Prix de Monaco va-t-il rester au calendrier de la F1 ? Le week-end prochain, la Principauté va accueillir le championnat du monde pour la 78eme fois mais rien n’est encore acquis pour l’avenir. En effet, l’accord entre la discipline et l’Automobile Club de Monaco (ACM) arrive à échéance au terme de la saison 2022 et aucune prolongation n’a encore été annoncée. « Je ne pense pas qu'une annonce du renouvellement de contrat avec Liberty se fasse à l'occasion du GP de Monaco, a confié SAS le Prince Albert II de Monaco dans un entretien accordé au quotidien L’Equipe. Nous avons jusqu'à la fin de l'année pour conclure. » Des tractations dans lesquelles le Prince compte s’impliquer personnellement. « Je pense que l'on va aboutir. J'en suis même sûr, a-t-il ajouté. Bien sûr, ça ne se fera pas aux conditions du passé. C'est tout à fait normal. Il faut accepter cela. » Alors que les nouvelles destinations mises en avant par la F1 paient cher, Monaco bénéficie d’un traitement de faveur qui pourrait avoir fait son temps.


Monaco prêt à faire les efforts nécessaires


Selon les bruits de paddock, la F1 demanderait désormais environ 20 millions de dollars (18,7 millions d’euros) par an pour continuer à arpenter les rues de la Principauté. Un effort financier que les autorités monégasques semblent prêtes à faire pour pérenniser l’événement. « Ce sont des chiffres que j'ai entendus. L'ACM viendra vers moi à ce propos, a confié le Prince Albert II. On a toujours, de toute façon, été en parfaite coordination avec l'Automobile Club, donc cet accord financier, s'il se confirme, c'est dans l'ordre du possible. » Mais, au-delà de l’aspect financier, les infrastructures mises en place pour le Grand Prix seront un sujet de négociation. « Il va falloir travailler avec Liberty et la F1, voir comment on peut continuellement s'adapter, améliorer le circuit et les infrastructures pour être toujours performant et pouvoir toujours accueillir au mieux la F1 et les autres épreuves annexes dans de bonnes conditions », ajoute le Prince. Assurant que « Les responsables de la F1 ont répété assez souvent qu'ils n'imaginaient pas une saison sans le GP de Monaco », ce dernier ne veut pas imaginer le contraire. « Je pense que la F1 a besoin de Monaco, avance le Prince Albert II. Je ne veux pas paraître présomptueux en m'exprimant ainsi, parce qu'il est tout aussi vrai que Monaco a également besoin de la F1. »

>