Ferrari revit au Canada

Une piste rendue glissante par les travaux, des améliorations de châssis... La nouvelle tendance favorable à Ferrari avait été très claire dès vendredi, lors de la deuxième séance d'essais libres, quand Charles Leclerc avait réussi le meilleur temps devant Sebastian Vettel. Même chose samedi matin en libres 3, cette fois avec l'Allemand devant le Monégasque. Si Lewis Hamilton a réussi à (très) largement sauver les meubles en qualifications en assurant le deuxième temps, c'est bien la Scuderia qui sort grande gagnante de la journée.

Vettel glane en effet la pole, sa première de la saison - la deuxième pour Ferrari, mais c'était pour Leclerc à Bahreïn - alors que son jeune coéquipier a été plus sensible à la pression, terminant à plus de six dixièmes (contre +0"206 pour Lewis Hamilton). "Je savais que j'avais un bon feeling avec l'adhérence, que je pouvais attaquer, se réjouit Vettel sur Canal+. C'est génial, je suis très heureux car la semaine n'a pas été simple. La voiture est bonne, mais on sait que les Mercedes seront très rapides en course."

Il ne fallait pas trop traîner en Q2, Max Verstappen et Romain Grosjean ont été pris au piège après le crash de Kevin Magnussen qui a empêché les deux hommes de franchir le cap (le Néerlandais 11e, le Français 15e). En Q3, Valtteri Bottas a été décevant, maîtrisant moins bien que les autres ces soucis de grip en dépit du temps enfin impeccable sur Montréal, une chance pour le week-end (ça devrait continuer pour la course). Le Finlandais est sixième, et les bénéficiaires se nomment Daniel Ricciardo et Pierre Gasly, qui seront respectivement quatrième et cinquième sur la grille.