F1 : Théo Pourchaire, c'est pour quand ?

Avec Théo Pourchaire, pas de langue de bois. Quand on lui a demandé quelle était sa réaction suite à la nomination de Guanyu Zhou, un pilote de F2, chez Alfa Romeo Racing comme coéquipier de Valtteri Bottas, le Grassois n’a pas cherché à tourner autour du pot. « Je suis évidemment déçu, a raconté le jeune homme de 18 ans à AutoHebdo. Je mentirais si je disais le contraire. Même si on me répète à longueur de journée que je suis jeune et que j’ai le temps d’arriver en F1, je suis déçu parce que je suis passé très proche de ce baquet. Il s’est joué entre Guanyu et moi. Je pense vraiment mériter ma place en F1. »

Pour une fois, le Tricolore a payé son âge. Lui qui avait été à chaque fois promu en catégorie supérieure, va devoir prendre son mal en patience et regarder ses futurs petits camardes de l’élite depuis le stand Alfa Romeo Racing. Cinquième du championnat de F2 (deux victoires à Monaco et Monza), Théo Pourchaire va poursuivre son apprentissage auprès de Frédéric Vasseur, le directeur français de l’écurie.

Une participation aux essais libres

Si le luxe de participer à la saison 2022 aux côtés du Finlandais est revenu au Chinois Zhou (et à l’apport lucratif de ses sponsors), le Grassois devrait pouvoir goûter, par petites touches, aux « voitures des grands ». L’an prochain, le pilote ART Grand Prix est assuré de participer à des séances d’essais libres lors de certains week-ends. S’il s’agit d’une obligation pour les écuries, ce sera également l’occasion pour Frédéric Vasseur de le tester.

« Il est certain qu'il fera quelques séances d'essais libres, a confirmé le patron de l'écurie, en marge du Grand Prix du Qatar. Nous ferons quelques journées de tests avec lui, afin de préparer l'avenir. » Pour l’heure, le jeune pilote devra se contenter de la F2 pour poursuivre son développement et montrer qu’il peut dominer une catégorie avant d’aspirer à l’élite. Cela tombe bien, le contrat de Guanyu Zhou ne porte que sur une seule saison…


>