F1 : Renault fait appel après les sanctions contre Racing Point

Quinze points en moins au classement des constructeurs et 400 000 euros d’amende. La sanction infligée à l’écurie Racing Point (coupable d'avoir copié les écopes de freins de Mercedes) vendredi dernier par la Fédération internationale de l’automobile ne convient pas à Renault, qui était à l’origine de la réclamation. C’est pourquoi l’écurie française a annoncé mardi soir qu’elle allait faire appel de la décision de la FIA. « Nous confirmons notre intention de faire appel contre la décision des commissaires concernant les écopes de frein des Racing Point. Dans le même temps, nous continuerons à travailler intensivement avec la FIA et toutes les parties prenantes pour développer et mettre en place un cadre réglementaire claire et applicable qui garantira que toutes les équipes participant à la saison 2021 développeront leur concept aérodynamique original par elles-mêmes », écrit l’écurie Renault dans un tweet.

McLaren renonce à faire appel


La Scuderia Ferrari a également confirmé qu’elle ferait appel contre cette décision de la FIA, mais McLaren a en revanche renoncé. « La FIA a démontré que toute infraction fera maintenant l'objet d'une enquête et peut être passible de sanctions. McLaren est également satisfaite de voir que la FIA va apporter de nouvelles clarifications au niveau des règlements technique et sportif afin de protéger la F1 et le statut de constructeurs, empêchant ainsi un concurrent de la copier la voiture d'un autre », a écrit l’écurie anglaise dans un communiqué. Un peu plus tard, c'est Williams (équipé par un moteur Mercedes, comme McLaren en 2021) qui a pris la même décision. Lundi, le patron de Racing Point Lawrence Stroll n’avait pas caché sa colère envers les écuries souhaitant faire appel de la décision de la FIA : « Je ne m'exprime pas souvent publiquement, mais je suis extrêmement en colère contre toute suggestion selon laquelle nous avons été malhonnêtes ou avons triché, en particulier les commentaires de nos concurrents. Je n'ai jamais triché de ma vie. Ces accusations sont totalement inacceptables et fausses. Mon intégrité, et celle de mon équipe, sont indiscutables. » L’affaire est désormais dans les mains de la Cour d’appel de la FIA…