F1 : L'incroyable duel Hamilton - Verstappen



Il fallait au moins cela pour en terminer avec cette saison 2021. Un dernier Grand Prix d’Abu Dhabi au circuit revisité pour donner un final à la hauteur du suspense. Le contexte, avec deux pilotes - Max Verstappen et Lewis Hamilton - comptant le même nombre de points (369,5), a grandement favorisé la fête et il aura finalement fallu attendre le dernier tour de la dernière course pour connaître le grand vainqueur. Et quel dernier tour ! La pole pour Max Verstappen mais le meilleur départ pour Lewis Hamilton et c’est parti pour plusieurs dizaines de tours menés par King Lewis, à la recherche de son huitième sacre, jusque’à ce que Nicholas Latifi encastre sa Williams dans le mur au virage 14 à cinq tours de l’arrivée. Ce fait de course, ordinaire, a tout renversé puisque le Batave, alors à onze secondes du Britannique, a chaussé des pneus tendres et a profité de la neutralisation pour revenir sur les talons de son adversaire, avant de le dépasser dans l’ultime boucle. Les réclamations du clan Mercedes n’y changeront rien, le pilote Red Bull Racing de 24 ans est le nouveau champion du monde de la discipline.

Une guerre absolue


L’épilogue a été à la hauteur de la saison. Dès Bahreïn et le premier Grand Prix de l’exercice 2021, Max Verstappen et Red Bull Racing se sont montrés en capacité de pouvoir rivaliser à armes égales avec les Flèches d’Argent. En dehors de la piste, les deux écuries, via leurs directeurs respectifs (Toto Wolff pour Mercedes et Christian Horner pour Red Bull Racing) se sont affrontées à coup de sorties médiatiques, de communiqués et de réclamations. Sur les circuits, l’entente entre les deux pilotes a alterné entre le cordial et le frontal. Les deux hommes se respectent mais ne s’apprécient guère. En piste, les deux hommes frôlent la limite et, souvent, la franchissent comme à Silverstone où l’Anglais a poussé le Batave hors du tracé à plus de 300km/h. Cette rivalité a parfois été tournée en ridicule comme à Djeddah ou Monza où Verstappen a terminé sur la Mercedes… Mais la plus large partie du temps, cette bataille a été virile mais magnifique, laissant pour seule vérité, la piste. L’an prochain, la revanche de Sir Lewis promet d’être belle.

>