F1 : Ferrari a favorisé la performance à la fiabilité

Panoramic
Si Ferrari et ses pilotes sont distancés, c’est en grande partie à cause d’une fiabilité moteur incertaine. Charles Leclerc a dû abandonner pour cette raison alors qu’il était en tête en Espagne puis en Azerbaïdjan. Carlos Sainz Jr, quant à lui, a notamment vu une deuxième place en Autriche derrière son coéquipier lui échapper. « Je ne pense pas que nous ayons poussé trop sur la recherche de la performance, parce qu'on ne pousse jamais assez sur la performance, mais nous avons assurément donné la priorité à la performance plutôt qu'à la fiabilité », a admis à ce sujet le directeur de la Scuderia Ferrari Mattia Binotto dans des propos recueillis par le magazine britannique Autosport. Le dirigeant suisse admet que son équipe a « repoussé les limites sur la performance au-delà de ce qui aurait été un plan de fiabilité normal ». Toutefois, une raison a été avancée pour justifier ce choix osé. « Nous savions qu'il serait important de combler le retard sur la concurrence avant qu'arrive le gel pour les quatre saisons, en étant conscient que les problèmes de fiabilité peuvent toujours être résolus dans un second temps », a-t-il ajouté.

Pour Binotto, ce sont « les imprévus typiques d'un nouveau projet »

Toutefois, Mattia Binotto rejette l’idée que l’écurie de Maranello a lancé la saison 2022 en ayant une monoplace à la fiabilité en-deçà des attentes. Néanmoins, l’ancien patron du département moteur de la firme italienne concède que Ferrari n’a pas débuté l’année dans « une situation idéale ». Affirmant qu’il n’est « pas totalement surpris » par le manque de fiabilité du moteur Ferrari, Mattia Binotto a affirmé que les soucis connus par ses pilotes « sont les imprévus typiques d'un nouveau projet, et il faut les prendre en compte ».

Si l’essentiel du moteur est gelé jusqu’à la fin de la saison 2025 et l’arrivée d’un nouveau cycle réglementaire, Ferrari entend bien utiliser toutes les possibilités permises par le règlement pour faire évoluer son moteur, notamment pour ce qui concerne les systèmes de récupération d’énergie. Une nouvelle mouture de ces derniers est prévue pour la reprise du championnat à la fin du mois d’août, alors que la FIA autorise des modifications jusqu’au 1er septembre, date limite pour l’homologation de ces pièces.


>