Euroligue (H) : L'Efes Istanbul sacré, Beaubois et Moerman champions d'Europe !

Reuters

Champion de NBA avec Dallas en 2011, Rodrigue Beaubois a ajouté dix ans plus tard un premier titre de champion d'Europe à son superbe palmarès. Adrien Moerman, trois fois champion de France, est lui aussi monté pour la première fois de sa vie sur le toit de l'Europe, ce dimanche soir à Cologne (Allemagne) après la victoire de son équipe l'Efes Istanbul aux dépens de Barcelone (86-81). Deux ans après avoir buté déjà en finale de l'Euroligue sur les russes du CSKA Moscou (la dernière finale puisque l'édition 2020 n'avait pas eu lieu), le club turc n'a pas échoué cette fois et décroché le premier titre de champion d'Europe de son histoire. L'Efes et ses deux Tricolores étaient pourtant loin de partir avec les faveurs des pronostics, surtout face au monstre barcelonais et à sa superstar espagnole Pau Gasol, revenue précisément sur ses terres dans le but de conquérir son premier trophée en Euroligue. Le double champion de NBA avec les Lakers et finaliste avec Boston en 2008 ne le décrochera probablement jamais. Pourtant, il n'est pas passé loin d'y parvenir dès son retour.

 

Deux ans après le sacre du Fener




Malgré un début de match dominé par les Stambouliotes et leurs deux hommes forts Vasilije Micic (25 points), élu MVP de la compétition, et Shane Larkin (21 points), le Barça, porté, lui, par Cory Higgins (23 points), auteur du panier de la victoire au buzzer en demi-finales, n'avait pas lâché et avait fini par revenir à hauteur des Turcs, à cinq minutes de la fin. Avec une équipe en tout point semblable (onze joueurs sur douze étaient présents) à celle qui avait perdu en 2019, l'Efes ne pouvait pas revivre la même mésaventure. Malgré le retour des Catalans, elle a donc trouvé la force, grâce notamment à un Larkin impérial aux lancers (12 sur 12), de repartir au combat, et d'arracher cette première étoile. La première pour la Turquie, déjà propulsé au sommet continental en 2017 après le titre de Fenerbahçe. Cette fois, l'heure de gloire est pour l'Efes et ses deux Français Moerman (6 points, 8 rebonds) et Beaubois (3 points).

 


>