Bleus : Collet pas surpris par l'Espagne

Panoramic


Vincent Collet est déterminé. Après deux prestations poussives au dénouement proche du miracle, les Bleus ont offert une démonstration de force ce vendredi face à la Pologne en demi-finale. A la veille d’une finale face à l’Espagne, le sélectionneur de l’équipe de France s’est présenté face à la presse et n’a pas tari d’éloges sur le futur adversaire de ses joueurs. « L'Espagne est la meilleure équipe européenne depuis quinze ans, a rappelé le technicien tricolore. Quand on a démarré l'Euro, je disais à mes assistants qu'elle serait au rendez-vous. » Au cœur d’un renouvellement générationnel, marqué par le départ à la retraite des frères Gasol, l’Espagne garde une culture mise en avant par Vincent Collet. « Tout le monde se disait que l'équipe allait rétrograder dans la hiérarchie mais il ne faut pas oublier l'école du basket espagnol, adossée au meilleur basket européen et pas à quelques stars », a ajouté le patron des Bleus.


Collet : « On n'a jamais rien lâché »


Mais, avant cette finale, l’objectif des Bleus est d’« essayer de les écarter de cette suprématie européenne, les battre serait un premier pas dans cette direction ». Interrogé sur le parcours de son équipe dans ce championnat d’Europe, Vincent Collet a voulu aller au-delà des miracles vus face à la Turquie puis l’Italie. « Pour moi, il y avait aussi de l'abnégation, on n'a jamais rien lâché, a ainsi confié le sélectionneur national. Pour être dans la situation où l'adversaire rate deux lancers francs, il avait déjà fallu faire des choses pour revenir. C'est presque dans ces moments qu'on était les mieux dans le match, qu'on avait pu élever notre niveau. » En amont de la demi-finale face à la Pologne, l’idée était de « passer à autre chose avec un match abouti » et il en sera de même avant la finale face à l’Espagne. « C'est la même chose : on doit être consistants comme en demi-finale, a affirmé Vincent Collet. Mon souhait, c'est qu'on fasse notre meilleur match. » Pour aller chercher un deuxième titre européen après celui de 2013, il faudra au moins ça.

>