Une promenade de santé pour les Bleues

Icon Sport

L'équipe de France a déjà un pied en quart de finale de l'Euro ! C'est finalement ce qu'il faut retenir du deuxième match de la troupe dirigée par Valérie Garnier dans la compétition, ce vendredi face au Monténégro à Riga. Car c'est une deuxième victoire de rang que les Françaises sont allées chercher (88-53), bien moins laborieuses que contre la République tchèque jeudi, profitant pleinement du succès obtenu en amont par ces mêmes Tchèques contre la Suède (71-64). Dimanche, les Bleues pourraient presque se permettre de perdre contre les Scandinaves, les adversaires a priori les plus faibles de la poule, et malgré tout terminer en tête du groupe B, à la faveur d'un concours de circonstances.

Evidemment, Valérie Garnier ne veut surtout pas entendre un tel discours. La coach tricolore n'avait pas du tout apprécié l'entame de ses joueuses la veille, les condamnant à une vraie réaction sur les deux derniers quarts, mais elle ne savourait pas pour autant à la mi-temps du match contre le Monténégro, alors que Valériane Ayayi et consorts avaient, a contrario, réussi un premier acte plein. Pour preuve, l'écart était de +21 à la pause (46-25). "Je serai heureuse si on est capables de faire encore la même chose pendant 20 minutes. Aller de l’avant, partager le ballon, c’est mieux quand elles font ça", a appuyé Garnier sur Canal + Sport, après le retour des vestiaires.

Et la machine tricolore ne s'est pas relâchée, sous l'impulsion notamment de Marinne Johannes (15 points) ou Sandrine Gruda (11 points), permettant notamment d'ouvrir le banc, et d'offrir du temps de jeu aux jeunes Marine Fauthoux ou Illiana Rupert, respectivement âgées de 18 et 17 ans. Toute le monde a donc participé à ce petit festival, puisque chaque joueuse a marqué, exception faite d'Olivia Epoupa, excellente la veille face aux Tchèques. Pour finalement terminer à +35 au score, un écart encore insuffisant pour les exigeantes Tricolores. "Je ne dirais pas qu'on a fait un match plein, même si le score est alléchant. On a perdu des ballons en deuxième mi-temps, on s’est relâché un peu, mais ça nous donne une bonne base pour travailler, car on doit continuer à travailler si on veut vraiment aller loin dans cette compétition", a commenté Sandrine Gruda après coup. L'aventure ne fait que commencer.