La France évite de justesse la mauvaise blague

Un des plus beaux matches de l’équipe de France féminine, en tout cas en termes d’intensité et de scénario ? On s’enflamme peut-être un peu, et les Braqueuses des JO 2012 resteront bien sûr au-dessus pour l’éternité. Mais on a clairement vibré jeudi en quarts de l’Euro, et il fallait aussi une grande Belgique pour ça. Les Bleues, emmenées par une Sandrine Gruda dingue – 33 points, record pour sa 188e sélection – ont été d’un sang-froid et d’une réussite absolument indispensables dans le "money time" pour s’imposer de quatre points en prolongation (84-80, a.p.).

Et pourtant, on semblait se diriger vers un quart de finale les doigts dans le nez face à ces Belges obligées de passer par les barrages il y a deux jours (contre la Slovénie): +15 dès la fin du premier quart (24-9) ! Mais les Françaises sont très vite retombées sur terre, puisque la Belgique est même repassée devant peu avant la pause (31-32). Ensuite, la rencontre est restée indécise jusqu’à cette fin de match au couteau. Et quand les vice-championnes d’Europe ont compté six points de retard au cœur du quatrième quart-temps (56-62), l’espoir s’éteignait petit à petit.

Gruda: "Je n'en reviens pas, il faut que ça retombe"

"Quel match, s’exclame Gruda sur Canal+ Sport. Je n’en reviens pas, il faut que ça retombe. Tout s’est passé assez vite. On était très bien au début, puis on a pris l’eau et on a galéré pour revenir… On a surmonté cet enchaînement d’émotions, c’est vraiment une victoire d’équipe. Si on ne défend pas fort ensemble, si Bria Hartley ne met pas les trois points, si Olivia Epoupa ne vole pas le ballon, il n’y a pas de prolongation… Il y a de la vie, on est motivées et déterminées." La capitaine Endy Miyem a parlé à son héroïne à la fin du match: "Je lui ai dit qu’on ne pouvait pas s’arrêter là !"

Les trois points de Bria Hartley évoqués par Gruda, c'est ce shoot gagnant à dix secondes de la fin du temps réglementaire, qui ont ramené les Bleues à 68-68 ! Le 5/19 global des Françaises à trois points n’est pas bon, mais on retiendra plutôt le 11/15 aux tirs et 11/12 aux lancers de Gruda. Qui a notamment inscrit ce tir primé salvateur en milieu de prolongation (76-71, 43e) puis encore ses deux derniers points qui ont placé son équipe à +6, écart maximal de cet "overtime" (82-76). Le tableau continue d’être ouvert pour la France, avec la Grande-Bretagne en demies, avant une potentielle finale où il n’y aurait rien à perdre contre l’Espagne ou la Serbie (à domicile).