Bonne entame pour les Bleues

Icon Sport

Dix ans après l’avoir quittée sur un titre européen, son dernier en date, l’équipe de France féminine a retrouvé Riga avec une victoire. Jeudi après-midi, pour leurs débuts dans cet Euro 2019 en Lettonie et en Serbie, les Bleues avaient rendez-vous avec la République tchèque. Un adversaire qui leur a donné du fil à retordre mais qu’elles sont parvenues à dominer (74-61), grâce à une deuxième période bien plus aboutie que la première.

"On ne peut pas se faire des frayeurs comme ça, il faut jouer 40 minutes, a réagi sur Canal+ Sport l’expérimentée Sandrine Gruda, qui a compilé 4 points et 8 rebonds. On va essayer de garder cette intensité de la deuxième mi-temps pour l’appliquer dès la première minute face au Monténégro." Ce sera dès vendredi et les joueuses de Valérie Garnier devront effectivement corriger certaines lacunes pour ne pas souffrir autant.

Epoupa s'est démultipliée

"C’est notre péché mignon", a reconnu une Olivia Epoupa qui, elle, n’a pas eu de mal à entrer dans son match. 18 points à 7/13 aux tirs, 4 rebonds, 6 passes et 6 interceptions: la meneuse tricolore s’est démultipliée, d’abord pour permettre aux Bleues de rester au contact (19-20, 10e puis 28-35, 20e), puis pour plier la rencontre. Une mission à laquelle s’est jointe Bria Hartley, brouillonne avant de se montrer décisive (13 points, 5 rebonds).

"C’était dur pour nous au début, a confirmé l’Américaine de naissance (26 ans), dont la grand-mère est française. Notre défense a été nettement plus forte en deuxième mi-temps, on a pu voler des ballons et jouer en contre-attaque. C’est notre jeu." Un jeu qui, peu à peu, a donc usé les Tchèques, malgré les efforts d’une redoutable Romana Hejdova (19 points, 5 rebonds). A reproduire face aux Monténégrines, elles battues par les Suédoises (51-67).