Les Bleus en mode diesel face à la Roumanie

Reuters

Le challenge promettait d’être un peu plus corsé que celui proposé par la Lituanie trois jours plus tôt à Aix (victoire 42-27). Ce dimanche à Cluj, dans une salle chauffée à blanc, les Bleus l’ont relevé sans trembler ou presque. Dans les grandes largeurs certes mais après une entame de match compliquée il est vrai. 4-0 pour la Roumanie après 10 minutes de jeu, 6-2 après un quart d’heure avec un Mihai Popescu en feu dans la cage adverse (9 parades déjà à cet instant de la partie), c’est bien en mode diesel que les champions du monde ont abordé ce rendez-vous qualificatif pour l’Euro 2020.

A la 26e minute néanmoins, le collectif tricolore boosté par Nedim Remili et Melvyn Richardson (6 et 4 buts respectivement) a pris les devants (9-10), pour rallier la pause à 9-12 et ne plus jamais lâcher les rênes. Certes les Roumains ont trouvé la faille à 12 reprises en seconde période, mais les Français eux aussi ont lâché les chevaux après la pause pour s’imposer assez nettement au final (21-31). Avec à la clef un deuxième succès dans ces éliminatoires et un duel au sommet à venir (en avril 2019) avec un Portugal accrocheur qui ce dimanche a eu raison de la Lituanie (23-24) après s’être joué de la Roumanie mercredi (21-13).

La moindre des choses, certes, pour une équipe de France qui au Danemark et en Allemagne, en janvier prochain, comptera parmi les favorites du Mondial 2019. L’adversité, alors, sera autrement plus redoutable avec au programme, dès la première phase, la Russie, l’Allemagne, la Serbie, le Brésil et la Corée unifiée. D’ici là, les Bleus auront affronté deux fois la Slovénie, début janvier à Rouen, en préparation.