Euro 2020 (H) : Dinart maintenu au poste de sélectionneur

Les Bleus sortis d'entrée pour la première fois depuis 32 ans mais le sélectionneur français maintenu malgré tout dans ses fonctions. Alors que le fiasco de dimanche soir à Trondheim laissait penser que Didier Dinart pourrait en faire immédiatement les frais et être obligé de rendre son tablier étant donné l'ampleur de l'échec, le patron du handball français s'est empressé de lui renouveler sa confiance. Interrogé sur RMC Sport peu de temps après cette deuxième défaite en deux jours synonyme d'élimination dès le premier tour pour ces Bleus qui n'avaient plus connu pire camouflet dans une grande compétition internationale depuis 1978, Joël Delplanque a estimé que la solution n'était pas de faire le ménage. En tout cas, pas tout de suite visiblement. « L’équipe de France a un palmarès exceptionnel avec ces mêmes garçons. Ce ne serait pas leur faire confiance que de balayer tout cela d’un revers de la main à l’issue d’un échec important. Sous réserve de l’analyse que nous allons faire, je suis sur le thème de la confiance », a déclaré à chaud le président de la Fédération française de hand, emboîtant le pas de ses prédécesseurs, eux non plus pas très chauds à l'idée de se séparer des hommes en place.

Delplanque : « Ce n'est pas l'esprit de la maison »


« Vous voulez savoir si ma confiance en l’entraîneur va être éventuellement remise en cause. La réponse est non, a affirmé Delplanque dimanche soir au micro de l'envoyé spécial de RMC Sport après cette claque qui fera date dans l'histoire du handball français. On ne peut pas avoir été heureux et satisfaits tous ensemble pendant 25 ans et du jour au lendemain, même si la déception est profonde, balayer cela d’un revers de la main. Ce n’est pas possible. En tout cas, ce n’est pas l’esprit de la maison. Et ce n’est pas l’état d’esprit dans lequel je suis aujourd’hui. » Si le président de la FFH n'envisage pas de modifier le staff actuel, il ne cache pas pour autant qu'il a d'ores et déjà prévu un tour de table afin de connaître (ou d'essayer de connaître) les raisons de cette énorme désillusion, avant de se plonger ensuite sur le TQO, passage obligé désormais pour décrocher un ticket pour les Jeux de Tokyo.

« Avec les joueurs, l’entraîneur et l’ensemble du staff, nous allons procéder à une analyse lucide de ce qu’il s’est passé et nous allons très vite nous concentrer sur le tournoi de qualification olympique. Le plus important est de débriefer le plus vite possible et de nous mettre en mode préparation pour le TQO (...) Nous allons passer par une phase d’analyse détaillée de ce qui s’est passé entre les joueurs, le staff et moi-même. Nous sommes dans un processus exceptionnel (...) Ce balbutiement du handball que la France a montré a une source. Et cette source est sans doute dans les éléments techniques que les joueurs et l’encadrements devront analyser. » Avec toujours Didier Dinart pour conduire les troupes en dépit de la débâcle norvégienne.