Euro 2016 : Ibrahimovic, c’est maintenant ou jamais !

Reuters

Une mince éclaircie perdue dans un immense brouillard. Un rush puissant pour provoquer le csc irlandais lors du match d’ouverture de la Suède, voilà un peu près tout ce qu’a réussi Zlatan Ibrahimovic en 180 minutes lors de cet Euro 2016. Une bien maigre contribution pour le géant de Malmö, annoncé comme l’une des stars du tournoi et qui, comme Cristiano Ronaldo, passe complètement à côté de son Championnat d’Europe des Nations. Troisièmes du groupe E avec seulement un point, les Nordiques vont pourtant avoir besoin d’un Zlatan Ibrahimovic au top pour décrocher leur qualification dans le Top 16 de l’Euro face aux Diables Rouges d’Eden Hazard.

Un dernier match et puis s’en va ?

Pour le capitaine suédois, il pourrait tout simplement s’agir à l’Allianz Riviera de Nice de son dernier match sous le maillot jaune et bleu de l’équipe nationale. A bientôt 35 ans (il les aura en octobre), Ibrahimovic se trouve proche du crépuscule de sa carrière. Il l’est un peu plus depuis hier après avoir affirmé qu’il mettrait un terme à son aventure en sélection à la fin de la compétition. Professionnel depuis 1999, international A depuis 2001, Ibra a disputé deux Coupes du Monde (2002, 2006) et quatre Euro (2004, 2008, 2012, 2016) pour la Suède avec au total 6 buts inscrits, mais aucun lors de matchs à élimination direct.

Dans une rencontre qui aura tout d’un seizième de finale couperet, l’ancien avant-centre de l’AC Milan a l’occasion de redorer ce douloureux bilan. S’il se délecte du feu des projecteurs, Ibrahimovic a pourtant du mal à s’illuminer dans les matchs à enjeu, comme il l’a prouvé à maintes reprises en Ligue des Champions au cours de sa longue carrière. Dans un collectif bien moins rutilant et talentueux que celui du Paris Saint-Germain, l’attaquant aux 62 buts en 115 capes ne parvient pas pour l’instant à tirer ses coéquipiers vers le haut et à élever lui-même son niveau de jeu. Contre la Belgique, tout un pays attend qu’il se montre décisif. Dans le cas contraire, une élimination prématurée attend certainement les Scandinaves, triste épilogue de l’ère Zlatan Ibrahimovic sous les couleurs de la Suède.


>