Les Bleus gardent le rythme

Reuters

Dès le début du rassemblement, et plus encore à l'approche du premier match contre l'Albanie, Didier Deschamps avait insisté sur un point important : après la défaite (2-0) en Turquie de juin dernier, l'équipe de France se devait de montrer un tout autre visage, en plus de faire le plein comptable sur ces deux rendez-vous du mois de septembre comptant pour les éliminatoires de l'Euro 2020. Au terme de cette fenêtre internationale précédant l'automne, c'est donc mission accomplie pour les Tricolores. Car après les Albanais samedi (4-1), ce sont les Andorrans qui se sont inclinés au Stade de France ce mardi soir (3-0).

Cette fois-ci, la prestation des Bleus a peut-être été un peu moins enlevée, mais le sérieux et l'application ont été au rendez-vous. Sans donner l'impression de forcer réellement, Hugo Lloris et ses coéquipiers ont donc fait le boulot. Et encore une fois, c'est Kingsley Coman qui a mis les champions du monde sur les bons rails. Après son doublé quelques jours plus tôt, l'attaquant du Bayern Munich a rapidement débloqué la situation (1-0, 18e), profitant d'une belle accélération de Jonathan Ikoné pour terminer le boulot. Le Lillois, propulsé titulaire par le sélectionneur en remplacement de Thomas Lemar, a su livrer une prestation intéressante, tout en percussion, comme il a pris l'habitude de le faire au Losc. Pour ces deux hommes, ces matchs de septembre 2019 resteront de très bons souvenirs, ce qui sera peut-être un peu moins le cas pour Antoine Griezmann.

Griezmann, le point noir

Car le numéro 17 du FC Barcelone a une nouvelle fois raté un penalty ce mardi soir (28e), comme ça avait été le cas face à l'Albanie. Cette fois, c'est le gardien de but andorran qui a brillé pour sortir la tentative de l'ancien Colchonero, mais ça n'enlèvera rien à la qualité de la prestation de "Grizi", précieux pour orienter le jeu et créer les décalages. C'est lui qui, en début de second acte, sert idéalement sur coup-franc Clément Lenglet pour le but du break, de la tête (2-0, 52e), le premier de l'ancien Nancéien au niveau international. Et si Moussa Sissoko (68e) et Kingsley Coman (70e) ont touché du bois par la suite, Wissam Ben Yedder corsera l'addition en fin de partie, à la récupération d'un coup franc mal dégagé de Nabil Fekir (3-0, 90e+1). Le néo-Monégasque, déjà buteur à l'aller contre ce même adversaire, a donc su se montrer plus réaliste que celui qu'il a remplacé, Olivier Giroud (72e), moins en réussite dans la zone de vérité.

Le 100e match des Bleus au Stade de France restera donc une réussite, avec à la clef la première place du groupe H, à égalité de points (15) avec la Turquie, vainqueur en Moldavie (0-4) dans le même temps, tandis que l'Albanie battait l'Islande (4-2). La route de l'Euro 2020 est toujours grande ouverte pour les Tricolores, mais passera par deux oppositions tout aussi essentielles en octobre, en Islande d'abord, avant d'accueillir leurs bourreaux turcs de juin au Stade de France.