Euro 2022 (F) / Diacre : « Ce sera un match ouvert »



Vainqueures (6-0) lors du match aller en novembre, les Bleues retrouvent la compétition, ce vendredi (21h00), au stade Gradski, où elles seront opposées à la Serbie, dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2022. Ce jeudi après-midi, en conférence de presse, la sélectionneuse des Bleues, Corinne Diacre, est revenue sur les conditions particulières de ce match : « On a des images un peu lointaines (du match aller) même si on peut s'attendre à un schéma de jeu adverse pas forcément très bas. Lors de leur venue en France, les Serbes évoluaient en bloc médian. Elles ont plusieurs forces offensives qui peuvent faire mal à l'adversaire. » L'équipe de France est bien partie dans ces éliminatoires, puisqu'elle s'est idéalement lancée en s'imposant au Kazakhstan (0-3). Pour cette confrontation en Serbie, l'ancienne entraîneure de Clermont s'attend à « un match ouvert. Je ne sais pas dans quelles conditions nous allons évoluer demain. Je sais que la pelouse sera bonne donc on va pouvoir déployer notre jeu. »


Une première place à récupérer


Eugénie Le Sommer s'est, elle aussi, exprimée à quelques heures du match et a assuré qu'elle se « sentait bien. La reprise a été un peu compliquée au début mais là ça va. Il est possible qu'on (les Lyonnaises ou les Parisiennes, en raison de leur participation à la Ligue des Champions en août dernier) ait un petit coup de mou un peu plus tard dans la saison, en octobre ou novembre mais ça va. » Pas forcément inquiète par rapport aux absentes de la sélection (Renard, Tounkara, Geyoro, Henry ou Mbock sur blessures, Bouhaddi par choix), l'ancienne attaquante lorientaise se sent bien à l'idée d'être l'une des taulières de cette sélection : « Si une joueuse est appelée à la place d'une autre, c'est qu'elle peut apporter pour l'équipe. Je pense qu'on a jamais eu autant d'absences en même temps mais on va faire en sorte d'être les plus performantes possibles sur le match. » Actuellement troisièmes du groupe G, les Bleues ont joué deux matchs de moins que le leader actuel autrichien et trois de moins que la Serbie.