Equipe de France - Coman ne s'enflamme pas

Panoramic

Les nombreuses absences au sein de l’équipe de France pour affronter l’Albanie (4-1) et Andorre (3-0) ont fait des heureux. A l'image de Guendouzi, appelé pour la première fois chez les Bleus, ou Jonathan Ikoné, qui a eu droit, lui, à ses deux premières sélections avec un but peu après son entrée en jeu contre l’Albanie et une séduisante prestation contre Andorre, avec une passe décisive à la clé. Une entrée en matière qui redistribue forcément les cartes aux avant-postes où Nabil Fekir et Florian Thauvin se sont rarement montrés aussi décisifs. 

Mais le grand gagnant de cette première fenêtre internationale est évidemment Kingsley Coman. Auteur d’un doublé plein d’opportunisme contre l’Albanie, le joueur du Bayern Munich, à nouveau titularisé en l’absence de Kylian Mbappé, a encore marqué, mettant rapidement les Bleus sur la bonne voie avant de trouver la barre en seconde période. De quoi forcément marquer des points auprès du sélectionneur tricolore.

"Je ne vais pas me plaindre d’avoir une solution supplémentaire. Il était déjà avec nous à l’Euro (2016), il était déjà performant, je l’ai déjà dit. Ce qu’il a ajouté avec son club et sur ces deux rassemblements, c’est qu’il est plus efficace. Ce n’est pas un problème pour moi, bien au contraire", a d’ailleurs assuré Didier Deschamps à l’issue de la rencontre.

Et le sélectionneur tricolore n’a pas été le seul à avoir été impressionné par la performance de l’ailier bavarois. Il en a été de même de Moussa Sissoko, autre revenant en vue. "On sent qu’il est en forme, qu’il a les jambes, on sait qu’il a souvent été blessé par le passé. Depuis le début de saison, il est performant, avec le Bayern Munich aussi. Il a marqué, a en effet confié le joueur des Spurs. Il l’a montré sur ces deux matches. Il a apporté ses qualités, c’est bien pour lui, c’est bien pour nous. C’est ce que le sélectionneur lui demande et, nous, ses coéquipiers, c’est ce qu’on attend de lui. Donc c’est bien d’avoir un Kingsley comme ça en feu, parce qu’il est capable de faire la différence à tout moment." 

 Sissoko : "J'espère que Coman lèvera le pied contre Tottenham"

Interrogé au micro de TF1 à l’issue de la rencontre, le héros du match refusait néanmoins de s’enflammer. "C’est une très belle semaine. Ça s’est bien passé sur le plan personnel et collectif. Quand le corps suit, c’est facile d’être au haut niveau. Et je vais continuer à travailler", a-t-il expliqué, refusant néanmoins l’étiquette du chaînon manquant. "Non, l’équipe est championne du monde sans moi", a-t-il fait observer, ajoutant: "Je ne m’enflamme pas, car la saison est longue et il ne faut jamais se satisfaire d’une ou deux bonnes performances."