Bleus : Zidane prêt à attendre jusqu'à 2022 ?

Reuters

Zinédine Zidane semble vouloir entraîner l'équipe de France plus que jamais, quitte à patienter. Alors que ce jeudi, Didier Deschamps a été conforté à son poste de sélectionneur par Noël Le Graët et conservera donc la tête l'équipe de France au moins jusqu'à la Coupe du monde 2022 au Qatar, l'ancien coach du Real Madrid serait prêt à patienter avec l'espoir de diriger la sélection dans le futur selon L'Equipe. Le 27 mai dernier, les chemins du club merengue et du technicien français s'étaient séparés après une une saison blanche et certaines rancunes contre les dirigeants.

> Deschamps, un bilan positif <

Des gros contrats refusés par Zidane après son départ du Real


Depuis, Zidane profite de sa famille et a regardé, à Marseille, l'élimination des Bleus contre la Suisse, en huitièmes de finale du Championnat d'Europe (3-3, 4-5 aux tirs au but). Visiblement, il a été marqué par cette sortie de route précoce, comme l'a affirmé un membre de son entourage auprès de L'Equipe. "L'élimination l'a chagriné, surtout dans ces conditions et malgré le doublé de Karim Benzema. Il reste l'un des premiers supporters de l'équipe de France, comme il l'est de tous les clubs où il a vécu des émotions fortes. Zinédine suit les Bleus de près. Ils sont à jamais dans son cœur. Il est prêt à beaucoup de choses pour eux, comme il l'avait prouvé avec son retour en 2005." Pas forcément pressé de revenir dans un club, il a été sollicité suite à son départ du Real Madrid et aurait refusé des contrats en Angleterre et "des piges de luxe parfois à huit chiffres nets dans le Golfe et en Asie", précise la source.

Oui mais voilà, attaché à l'aspect affectif, Zidane privilégierait toujours quatre équipes dans des possibles choix : les Girondins de Bordeaux, la Juventus Turin, le Real Madrid, et la France. Souvent cité comme solution prioritaire par Noël Le Graët en cas de possible arrêt de Didier Deschamps, le légendaire numéro 10 des Bleus serait bien prêt à attendre "jusqu'à Noël 2022" avec le désir de diriger, enfin, l'équipe de France.

>