Bleus, objectif Mondial : Griezmann en "délicatesse", Theo Hernandez en slalom géant

beIN SPORTS

Griezmann sans but, ni influence

 

En Espagne, l'avant-dernière journée de Liga n'a pas fait grande place aux Français. Karim Benzema a été préservé à Cadix (1-1) en vue de la finale de Ligue des champions le 28 mai, Ousmane Dembélé est resté sur le banc à Getafe (0-0), et Nabil Fekir est sorti à la 73e, remplacé par le vétéran Joaquin lors de la victoire du Betis à Grenade (2-0). A l'Atlético Madrid, un Français brille par son silence : Antoine Griezmann, celui qui avait fait la joie du club rojiblanco avec 133 buts lors de son premier passage entre 2014-2019, n'a marqué aucun but depuis plus de quatre mois. C'était le 6 janvier contre le modeste Rayo Majadahonda, en Coupe du Roi (5-0); le match où il rechutera de sa blessure aux ischio-jambiers de la jambe droite, quittant le terrain en pleurs. En Liga, son dernier but remonte au 28 novembre à Cadix (1-4). Dimanche contre le Séville FC (1-1), l'attaquant n'a pas été dangereux. "Il a eu des difficultés à se montrer entre les lignes. Face à un Séville FC bien retranché derrière, il a essayé de tisser le lien entre le milieu et l'attaque, mais il a à peine gagné quelques ballons. Il n'a presque pas été protagoniste du match, et continue d'être en délicatesse avec les buts", a résumé le quotidien madrilène As.

Le "Petit Prince", 3e du Ballon d'Or 2016 et 2018, a égalé dimanche sa pire série blanche, avec 16 matches sans marquer toutes compétitions confondues. Entre septembre 2011 et janvier 2012, au tout début de sa carrière professionnelle, il était resté muet face aux cages durant 16 matches avec la Real Sociedad. "On aurait tous pu faire un peu plus cette saison", a soufflé l'entraîneur Diego Simone, interrogé sur son cas, en conférence de presse d'avant-match. Le président du club Enrique Cerezo a pourtant assuré avant le coup d'envoi dimanche que Griezmann, actuellement prêté avec obligation d'achat par le Barça, sera bien un joueur de l'Atlético la saison prochaine. "Sauf si vous me dites le contraire, il continuera. Est-ce qu'il faut renégocier ? Ce n'est pas le plus important. Quand un joueur veut jouer dans un club, l'argent est la chose la moins importante", a assuré le dirigeant.

 

Theo Hernandez, à la Weah

"Même Messi n'a jamais fait ça…" Mike Maignan, comme tous les joueurs milanais, n'en revient toujours pas du but marqué dimanche par son compatriote Theo Hernandez. Le latéral connu pour son goût des chevauchées au long cours vers la surface adverse a tout fait tout seul pour inscrire le second but contre l'Atalanta (2-0) à San Siro: récupération aux abords de sa propre surface, slalom de 93 mètres et conclusion victorieuse du gauche dans la surface adverse ! Le jeune frère de Lucas Hernandez (24 ans) a reconnu que son cinquième but de la saison est clairement le plus important de sa carrière en le dédiant à son bébé de quelques semaines présent au stade pour la première fois. Il permet en effet aux Milanais de s'approcher toujours plus d'un 19e scudetto, un point suffisant désormais lors de la dernière journée contre Sassuolo pour l'empocher. 

Ce "but spatial" a rappelé aux tifosi rossoneri un autre exploit en solo de plus de 25 ans d'âge : un but marqué par George Weah contre Vérone en 1996, après avoir aussi récupéré le ballon dans sa surface.  "Il y a des buts qui te changent la carrière et celui marqué par Theo Hernandez appartient à cette catégorie", a salué la Gazzetta dello Sport, en comparant comme souvent l'international français (5 sélections) à un train "à grande vitesse". Lancé à toute vapeur vers le titre de champion d'Italie et aussi, sans doute, vers le Qatar avec les Bleus.


>