Bleus, objectif Mondial: Benzema et Camavinga dans la lumière, Griezmann dans l'ombre

Panoramic

Benzema régale, Camavinga aussi

De retour au stade Santiago-Bernabeu après 18 longs mois d'absence et de travaux, les supporters du Real Madrid ont enfin pu se régaler devant un nouveau récital de l'avant-centre français Karim Benzema. Avec le brassard de capitaine, l'attaquant revenu chez les Bleus cet été a marqué un triplé lors de la large victoire des siens face au Celta Vigo dimanche (5-2), avec en bonus une passe décisive pour Vinicius.

Le triplé d'un Karim Benzema en fusion :

"Un accueil à la française", a titré le journal sportif madrilène As sur son site dimanche soir. Car dans le sillage de "KB9", devenu au passage le meilleur buteur de Liga en ce début de saison, un autre jeune Tricolore a brillé: Eduardo Camavinga. L'ex-milieu de terrain de Rennes (18 ans, 3 sélections), transféré au Real fin août pour environ 31 millions d'euros, a signé son premier but sous le maillot blanc cinq petites minutes seulement après être entré en jeu à la place de la superstar belge Eden Hazard, à la 66e minute.

Lemar éclipse Griezmann 

Etincelant avec les Bleus la semaine passée (doublé contre la Finlande), Antoine Griezmann a été totalement transparent pour son grand retour sous le maillot de l'Atlético, dimanche sur la pelouse de l'Espanyol Barcelone (2-1), deux ans après son départ du club rojiblanco. Les "Colchoneros" ont dû se chercher un autre héros, ils l'ont trouvé en la personne de Thomas Lemar.

Le Guadeloupéen a offert la victoire avec un but inespéré à la 90+9e minute. Entré en jeu à la pause, Lemar a fait partie d'un coup tactique plus global (avec aussi les lancements de Renan Lodi et de Geoffrey Kondogbia) tenté par Diego Simeone pour essayer de réveiller son onze, complètement apathique en première période… Et le milieu offensif international, souvent couvé sur le banc par Didier Deschamps, a immédiatement pesé sur le match, amenant du danger devant les cages adverses, avec un but refusé à la 53e, de la création, et ce but final, celui de la délivrance.

Lemar le sauveur de l'Atlético à la 99e minute :

Bonne passe pour Pogba 

Certes, la statistique a quelque peu été éclipsée par la frénésie autour du retour de Cristiano Ronaldo à Old Trafford, avec un doublé à la clé. Mais Paul Pogba a délivré deux passes décisives contre Newcastle (4-1), portant à sept son total en quatre journées. Jamais un joueur de Premier League n'avait été aussi généreux avec ses coéquipiers dans un si court laps de temps. Depuis le début de sa saison, Pogba affiche un niveau de jeu très élevé en club comme avec la France.

Il avait, par exemple, récupéré 17 ballons contre la Finlande en qualifications pour le Mondial-2022, le plus haut total pour un joueur français en 90 minutes depuis un match contre l'Espagne en 2014 et un certain... Paul Pogba. La perspective d'être libre de tout contrat à la fin de la saison semble lui donner des ailes. Mais qu'on se rassure, aussi impeccable qu'il soit sur le terrain, le champion du monde n'a rien perdu de sa jovialité en dehors. Après le match de championnat, il a été aperçu samedi soir se dandinant sur la scène d'un festival de musique local, Parklife, aux côtés du chanteur nigérian Burna Boy.

Enorme Diaby 

Le Bleu le plus en vue ce week-end en Bundesliga a été le néo-international de Leverkusen Moussa Diaby. Le petit feu follet a de nouveau fait un match énorme samedi contre Dortmund, marquant le 3e but de son équipe. Le Borussia a toutefois remporté 4-3 ce match spectaculaire. Dans la "légion bleue" du Bayern (cinq internationaux), Lucas Hernandez a effectué sa rentrée en championnat samedi à Leipzig, après sa déchirure du ménisque. Il a tenu sa place pendant 90 minutes, pour la victoire 4-1 chez le vice-champion. 

Son association en défense centrale avec Dayot Upamecano, qui fait lui figure de titulaire indiscutable depuis le début de saison, a parfaitement fonctionné, contribuant à étouffer les velléités des Saxons en attaque. A 22 ans, "Upa" est en train de réussir son arrivée au Bayern, où il sera à terme en concurrence avec Hernandez et Süle en charnière centrale. La situation de Corentin Tolisso, plus titularisé en Bundesliga depuis février, est plus délicate. Blessé plusieurs mois, il a repris la compétition en mai mais n'a joué depuis en championnat que quelques fins de matches. Le club a vainement tenté de se débarrasser de lui cet été.


>