Bleus, la course à l'Euro: Mbappé en panne, Ndombélé au rebond, Rabiot en perdition

Mbappé

Ndombélé frappe à la porte

On le disait placardisé, irrémédiablement fâché avec José Mourinho, sur le départ cet été, et pourtant la résurrection sportive de Tanguy Ndombele à Tottenham fait de lui un sélectionnable en puissance. Dimanche encore, il a été le moteur des "Spurs" chez le dernier Sheffield (3-1), en inscrivant notamment le troisième but, sublime, d'un lob aveugle de l'extérieur du pied gauche et en déséquilibre, mélange d'agilité et de technique qui surprend toujours chez cette force de la nature.

Il a surtout joué les 90 minutes du match, pour la 4e fois seulement en championnat depuis son arrivée à Londres et la 2e fois seulement sous les ordres de son entraîneur portugais tatillon qui n'a pu qu'admettre que son joueur avait changé. "Il arrive à jouer 90 minutes maintenant, il gère sa condition physique et mentale pour pouvoir tenir 90 minutes", ce qui "lui permet d'être le joueur extraordinaire qu'il peut être", a souligné Mourinho au micro de Sky Sports. "C'est le meilleur exemple qu'avec moi, la porte est toujours ouverte si un joueur veut faire un pas en direction de l'équipe", a-t-il ajouté. Et celle des Bleus ?

Rabiot en perdition

Dans le choc perdu contre l'Inter Milan (2-0), tout le milieu de la Juventus a sombré, et Adrien Rabiot avec. Gaucher décalé sur le côté droit du milieu par Andrea Pirlo, l'ex-Parisien n'a que très peu réussi à s'insérer dans le jeu. Passée une bonne entrée en matière, où il s'est signalé par une frappe dangereuse repoussée par le gardien lombard (10e), le Français a été le plus souvent excentré sur le flanc droit, incapable de déborder et de combiner avec Federico Chiesa. 

Un "flop" pour le Corriere dello Sport, voire un "désastre" pour Tuttosport: la presse italienne, lundi, n'était pas tendre avec Rabiot, accusé notamment de ne pas avoir su endiguer la percée d'Arturo Vidal, son vis-à-vis, sur l'ouverture du score. Il a aussi souffert de la comparaison avec Weston McKennie et Dejan Kulusevski, dont les entrées en jeu (à la place de Rabiot et Ramsey à la 58e) ont apporté un peu de stabilité à une équipe turinoise en perdition.

Mbappé à l'arrêt

Mais où est passé "Kyky"? Samedi, lors du succès poussif à Angers (1-0), Kylian Mbappé a enchaîné un quatrième match consécutif sans marquer. Cela fait 355 minutes que le Parisien n'a plus inscrit de but. Il s'agit de la plus longue disette de sa saison. Au stade Raymond-Kopa, l'attaquant champion du monde a raté la meilleure occasion du Paris SG, en perdant son duel contre Paul Bernardoni (55e). Pour le reste, il ne s'est pas distingué, la petite performance collective parisienne, sous la pluie et avec un terrain difficile, n'offrant pas non plus les meilleures conditions pour s'exprimer. 

Après la rencontre, l'entraîneur adjoint Jesus Perez a désamorcé le débat Mbappé, en expliquant qu'il avait été "très important" dans la victoire. "Il a bien attaqué les espaces", a précisé l'Espagnol. Mais seul un but peut répondre aux doutes, de plus en plus forts, autour du joueur, en pleines négociations sur sa prolongation de contrat expirant en 2022.

Griezmann, un doublé gâché 

Resté muet face aux cages depuis le 29 novembre, Antoine Griezmann avait offert un aperçu de sa renaissance avec un doublé contre Grenade le 9 janvier (4-0)... Dimanche, l'attaquant a récidivé en finale de la Supercoupe d'Espagne mais ses deux buts ont été effacés par l'Athletic Bilbao, vainqueur 3-2 après prolongation. La presse espagnole a souligné les malheurs de "Grizou" dimanche soir sur Internet: "on a volé la nuit de Griezmann", a titré Marca, le journal le plus vendu en Espagne, tandis que le quotidien sportif catalan Mundo Deportivo a souligné combien "le football (était) cruel avec ses héros".


>