Bleus, la course à l'Euro: Digne et Coman soignent les statistiques

Panoramic

Digne confirme

Le suppléant de Lucas Hernandez en équipe de France a de nouveau montré son efficacité avec Everton, en déplacement à Fulham (3-2). La victoire lui doit beaucoup puisqu'à 1-1, il a adressé deux passes décisives en six minutes à Dominic Calvert-Lewin et Abdoulaye Doucouré. Depuis son arrivée en Angleterre en 2018, il a adressé quinze passes décisives. Seuls deux défenseurs de Premier League ont fait mieux: les deux latéraux de Liverpool Trent Alexander-Arnold et Andrew Robertson. 

A 27 ans, Digne représente plus que jamais une option de choix pour Didier Deschamps en cas d'absence de Lucas Hernandez... D'autant que celui-ci est régulièrement victime de pépins physiques: il est encore sorti ce week-end avec le Bayern Munich, touché au bassin contre Brême (1-1).

Coman récidive

Lors de la prestation sans âme du Bayern Munich samedi à Brême (1-1), Kingsley Coman a été l'un des rares Bavarois à se montrer entreprenant. C'est grâce à son égalisation de la tête à la 62e minute que le Bayern a évité la défaite (1-1)Cette attitude et ce but, copie conforme de celui inscrit en finale de C1 face au PSG en août (1-0), auront sans doute satisfait son entraîneur Hansi Flick, qui lui avait mis la pression en octobre après son énorme prestation en Ligue des champions contre l'Atlético Madrid (deux buts, une passe décisive, 4-0).

"Il est important qu'il ne fasse pas seulement des passes décisives, mais qu'il marque aussi des buts", avait lâché Flick, "et il faut le faire en Bundesliga, on doit attendre cela d'un joueur de sa qualité aussi dans les autres compétitions." L'ancien Parisien est en effet un homme des grands rendez-vous, plus que du travail de l'ombre. Il a marqué 20 buts et délivré 21 passes décisives en 113 matches de Bundesliga, alors qu'en 29 matches seulement de Ligue des champions, il en est déjà à dix buts et onze passes. 

Coman, un 1er but... évidemment de la tête !

Dembélé inquiète

Le jeune ailier droit Ousmane Dembélé (23 ans, 21 sélections), désormais libéré de la concurrence du jeune prodige Ansu Fati (opéré du ménisque interne du genou gauche le 9 novembre et absent 4-5 mois), a été le joueur barcelonais le plus remuant samedi soir, mais n'a pu empêcher la défaite du Barça sur le terrain de l'Atlético Madrid (1-0)Malgré ses grandes facilités techniques, l'inquiétude a ressurgi après un choc sur l'épaule gauche avec Yannick Carrasco. Avec l'aide des médecins, "Dembouz" est peu à peu parvenu à se relever, grimaçant, et a fini le match, sans toutefois se montrer aussi tranchant qu'en début de rencontre.

Selon la presse catalane, le champion du monde souffrirait d'une légère entorse à l'épaule gauche, mais le Barça n'a pas communiqué sur sa blessure. Un énième coup dur est redouté pour le fragile ailier, qui a déjà vécu une saison 2019-2020 minée par des blessures (9 matches disputés au total) alors que Didier Deschamps ne l'a plus appelé en Bleu depuis novembre 2018.

Kanté capitaine

Moins performant depuis quelques mois, voire parfois méconnaissable, N'Golo Kanté a profité de la quinzaine en équipe de France pour se refaire une santé. Une semaine après sa prestation haut de gamme avec les Bleus au Portugal (buteur lors de la victoire 1-0 en Ligue des nations), l'ancien Caennais a survolé les débats avec Chelsea face à Newcastle (2-0), une rencontre qu'il a disputée en tant que capitaine des Blues. 

Son entraîneur Frank Lampard a salué sa prestation et relativisé sa longue période de méforme: "L'an dernier, quoi qu'on en dise, il a raté 50% des matches à cause de blessures, il a connu des moments difficiles pour différentes raisons. Maintenant, nous gérons davantage ses entraînements et son temps de jeu, mais son niveau de performance est très élevé." Souvent relayeur ces deux dernières années, Kanté joue davantage à un poste de sentinelle, particulièrement lorsque Jorginho est absent. La solidité défensive de Chelsea s'en ressent.


>