Bleus : Coup d'arrêt pour Rabiot, revoilà Dembélé !

Reuters

Rabiot, deux faux-pas

Triste soirée dimanche pour le milieu turinois Adrien Rabiot, à l'origine d'un penalty pour l'AS Rome avant d'être exclu (2-2). L'ex-Parisien a vécu "un sale coup d'arrêt après des mois de croissance", selon la Gazzetta dello sport qui lui a attribué la plus mauvaise note du match. Pas forcément mauvais dans le jeu, il a largement été battu dans l'engagement par son compatriote Jordan Veretout, double buteur. Pire, il amène le penalty pour la Roma en dégageant mal un ballon et en arrêtant dans la foulée le tir de Veretout avec une main décollée du corps. Puis il récolte un second carton jaune à la 62e pour un tacle maladroit, expulsion qui lui fera rater le prochain choc contre Naples.

f

"La route est encore longue", a réagi sur Instagram le milieu de 25 ans qui, depuis la fin du confinement, s'était installé et démarrait la saison comme titulaire, ce qui lui a valu d'être rappelé chez les Bleus en septembre après deux ans d'absence.

Dembélé, dix mois après

On l'avait quitté le 27 novembre 2019, en larmes, dépité par une nouvelle blessure à une cuisse contre son ancienne équipe du Borussia Dortmund. Dimanche, Ousmane Dembélé a rejoué en match officiel pour la reprise du Barça contre Villarreal (4-0) après 305 jours, soit exactement dix mois d'absence.

d

Volontaire et appliqué, l'ailier gauche de 23 ans a créé des différences grâce à son explosivité habituelle, sans toutefois se montrer décisif après son entrée en jeu à la 70e minute à la place du prodige Ansu Fati, auteur d'un doublé. Avec le départ de Luis Suarez vers l'Atlético Madrid et la blessure de Martin Braithwaite (cuisse), le champion du monde (21 sélections) a une carte à jouer sur le front de l'attaque blaugrana, malgré l'irruption de Fati et le retour de prêt de Philippe Coutinho.

Ferland Mendy, N.1 à gauche

Au Real Madrid, plus de doutes : Ferland Mendy (25 ans) est désormais bien l'option N.1 de Zinédine Zidane au poste d'arrière gauche, malgré la concurrence de l'emblématique Marcelo. "Il est le maître du couloir gauche", a résumé Marca, le journal le plus vendu d'Espagne. Omniprésent dans l'animation offensive, Mendy a fait étalage de son souffle infini en attaque comme en défense, où il est "un véritable rocher" insurmontable, pour le quotidien espagnol. Sa baisse de régime en seconde période a correspondu au relâchement des Madrilènes qui l'ont emporté d'un souffle (3-2) contre le Betis.

Recruté pour six ans et 50 millions d'euros à Lyon à l'été 2019, le latéral a conquis Madrid. Chez les Bleus (6 sél.), il n'est pas encore le premier choix de Deschamps qui peut compter sur Benjamin Mendy, Lucas Hernandez et Lucas Digne. Ce dernier, excellent depuis le début de la saison, a d'ailleurs marqué de nouveaux points avec Everton samedi, en provoquant un penalty en première période.

Tolisso, emporté dans le naufrage

Titulaire dimanche avec le Bayern Munich pour la première fois cette saison, Corentin Tolisso a eu la malchance de faire partie de l'équipe qui a coulé à pic à Hoffenheim, battue 4-1, première défaite depuis décembre 2019. L'ancien Lyonnais, barré au milieu par le duo Joshua Kimmich/Leon Goretzka, a eu peu de temps de jeu la saison dernière, entre les blessures et les décisions d'entraîneur. Au point que la presse a commencé à spéculer sur son départ. Mais le départ de Thiago Alcantara vers Liverpool a changé la donne, en faisant désormais de Tolisso le premier choix pour suppléer en cas de besoin un membre du tandem.

Flick apprécie beaucoup la mentalité du Français de 26 ans: "Corentin a été longtemps blessé, il a beaucoup travaillé pour revenir", dit-il, "c'est un joueur qui a une énorme présence sur le terrain, un joueur +box to box+ qui court beaucoup, qui a un bon tir". Reste que pour disputer l'Euro, il faudra se montrer aux yeux du sélectionneur, ce qui sera un défi tant qu'il sera à Munich.