Benjamin Pavard répond à ses détracteurs

Panoramic

Il a été l’un des éléments clés de la conquête du Mondial 2018 avec les Bleus. Mais, aujourd’hui Benjamin Pavard n’est plus essentiel à l’équipe de France. Il a même perdu sa place de titulaire suite au changement de système opéré par Didier Deschamps. Un déclassement qui fait également suite à une période de moins bien au sein de son club du Bayern. L’ancien Lillois a donc connu des moments compliqués, mais il ne se lamente pas sur son sort. Surtout, il est convaincu qu’il va vite rebondir.

 

Une période difficile qui l'a fait grandir

 

« La période de Covid, à titre personnel, ça n’a pas été évident du tout. Ça s'est ressenti sur le terrain que je n'étais pas bien dans ma vie privée. C'est une période qui m'a fait évoluer en tant qu'homme. Aujourd'hui, je suis passé à autre chose, j'ai remonté la pente. Ça fait plus d'un mois que je suis de mieux en mieux », a-t-il indiqué dans un entretien à L’Equipe.

 

Concernant la sélection, Pavard a affirmé que son passage par le banc ne l’a en rien démoralisé. Car il sait qu’il n’est pas aussi bon au poste de piston que comme latéral pur ou défenseur axial. « On joue un nouveau système. C'est tout nouveau pour moi. J'ai eu la chance de jouer à un poste que j'aime bien contre la Finlande (axial droit). Mais moi, je suis un joueur qui pense collectif. Je suis un soldat, si le coach a besoin que je joue à un poste qui n'est pas le mien, je vais jouer à fond », a-t-il confié.

 

Pavard n’est « pas là pour plaire »

 

"Les meilleurs joueurs du monde sont critiqués, pourquoi on ne critiquerait pas Pavard ?"

A mesure que son niveau a décliné, Pavard a vu de nombreuses critiques surgir à son encontre. Des attaques auxquelles il assure être resté insensible. « Sincèrement non, a-t-il certifié. Je n'ai rien lu. Pour avancer, j'écoute les gens qui sont autour de moi et mes coaches, pas les journalistes. Je n'ai pas changé dans ma manière de fonctionner. Je me suis posé les bonnes questions. Je me suis mis au calme. J'ai réfléchi. Et je n’ai pas été touché dans mon égo. Si j'avais été touché, je ne serais pas performant là. Je ne l'ai pas vécu comme un déclic ». Le champion du monde est parfaitement à l’aise avec ce qui peut se dire à son sujet dans les médias. Il se dit même respectueux des avis extérieurs : « Les meilleurs joueurs du monde sont critiqués, pourquoi on ne critiquerait pas Pavard ? Que je plaise ou je ne plaise pas, je m'en fous. Chacun a son point de vue. On doit le respecter ».

 

Il y a quelques semaines, dans une interview à Canal+, Pavard s’était dit « plus complet » qu'Achraf Hakimi ou Trent Alexander-Arnold. Une déclaration osée et qui avait fait couler beaucoup d’encre. L’intéressé a tenu à la rectifier : « Cette phrase a été mal comprise. Je suis un joueur plus défensif qu'eux donc forcément je vais plus défendre et j'aurai moins de stats offensives qu'eux. C'est dans ce sens-là que je le disais. Ce sont de très grands latéraux. Je regarde leurs matches, je m'inspire des meilleurs. »


>