Vital concept - B&B Hôtels : Vichot met un terme à sa carrière


Clap de fin pour Arthur Vichot. Deux jours après avoir appris qu'il ne serait pas conservé par l'équipe Vital concept - B&B Hôtels, le Franc-Comtois annonce dans les colonnes de L'Est Républicain qu'il met un terme à sa carrière. Une décision que le double champion de France sur route (en 2013 et 2016) avait prise depuis plusieurs mois déjà, à l'entendre. Toutefois, symboliquement, il a attendu ce jeudi, jour de ses 32 ans, pour annoncer sa retraite. « J’arrête le vélo. Ça fait quelque temps que cette idée trotte dans ma tête. Depuis le printemps, ça mûrissait mais je ne voulais pas me fermer de porte au cas où. C’est une décision réfléchie. J’ai hâte d’être en janvier pour commencer ma deuxième vie », explique Vichot, atteint depuis mars 2019 et son abandon dans Paris-Nice d'un mal sur lequel il a mis longtemps à mettre un nom. Depuis l'été dernier, il sait qu'il souffre d'un syndrome de sur-entraînement qui l'empêche d'évoluer à son meilleur niveau. Il préfère donc en rester là. « Je ne suis pas capable de faire six mois sans vélo puis six mois pour tenter de revenir sans la certitude de retrouver mon niveau. C’est assez déstabilisant. J’ai toujours dit que le jour où le corps ne suivrait plus, j’arrêterais. »


Le vélo, c'est terminé pour Vichot





Le natif de Colombier-Fontaine a tenu parole. Après onze années en professionnel marquées par ces deux maillots bleu, blanc, rouge mais aussi des victoires d'étape sur le Critérium du Dauphiné, Paris-Nice et des succès sur le Tour du Doubs, le Grand Prix La Marseillaise, le Tour de l'Ain, le Tour du Haut Var (à trois reprises) ou encore les Boucles du Sud, l'ancien protégé de Marc Madiot au sein de l'équipe Groupama-FDJ, où il a passé neuf ans sur ses onze années dans le peloton, a donc estimer que le temps était venu pour lui de raccrocher définitivement son vélo. Mais non sans avoir déjà réfléchi à sa reconversion.



« Ce ne sera pas dans le vélo, j'espère trouver des choses qui m'apportent autant de plaisir », confie celui qui n'a plus couru depuis février dernier. Incapable de lutter, il avait alors dû jeter l'éponge dès la 1ere étape du Tour des Alpes Maritimes et du Var. Une souffrance qu'il a préféré ne pas s'infliger plus longtemps. « Je prends ma retraite comme je suis arrivé dans le peloton, sur la pointe des pieds », avoue néanmoins le jeune retraité du peloton.