Trek-Segafredo : Nibali de retour au bercail ?

Alors qu’il fêtera ses 37 ans en novembre, Vincenzo Nibali n’a pas l’intention de ranger son vélo et compte bien s’offrir un dernier beau contrat. Son bail chez Trek-Segafredo, qu'il a rejoint début 2020, arrive à échéance en fin d’année, et les négociations pour une éventuelle prolongation ont échoué. Le Requin de Messine devrait donc retourner au sein de l’équipe dont il a porté les couleurs de 2013 à 2016, Astana Premier Tech. C’est le manager général de Trek-Segafredo, Luca Guercilena, qui l’a confié à Cyclingnews. « D'après ce que je sais, il n'a pas décidé de ce qu'il veut faire ensuite. Il n'a pas communiqué ce qu'il veut à part qu'il veut d'abord participer aux Jeux olympiques. Il a été très souvent lié à Astana, donc je pense qu’il signera là-bas. À ce stade, nous ne lui avons pas proposé de contrat. Nous avons discuté avec son agent pendant le printemps, mais nous n’avons jamais trouvé d’accord. Il voulait un contrat d’un an. »

Rien d'officiel avant le 1er août


A ce jour, Vincenzo Nibali n’a pas remporté la moindre course sous le maillot de Trek-Segafredo, son dernier succès remontant à la 20eme étape du Tour de France 2019, à Val Thorens, avec Bahrain-Merida. Chez Astana, Nibali retrouverait le directeur sportif qui lui a permis de gagner deux Giro (2013 et 2016) et un Tour de France (2014), Giuseppe Martinelli. Mais rien ne sera officiel avant le 1er août, date de l’ouverture du marché des transferts cyclistes. Du côté de Trek-Segafredo, on ne cherchera pas forcément à remplacer Nibali par un coureur pouvant remporter un Grand Tour. « Nous avons investi sur des jeunes coureurs et nous voulons continuer à soutenir nos coureurs comme Giulio Ciccone, Bauke Mollema, Jasper Stuyven et Mads Pedersen. Kenny Elissonde va rester également », poursuit Guercilena, qui a précisé qu’il n’était pas en contact avec Geraint Thomas, qui sera en fin de contrat avec Ineos Grenadiers en décembre.

>