TotalEnergies : Latour figure parmi les coureurs ayant prolongé

panoramic


Pierre Latour ne changera pas de casaque. Pur produit de la filière de formation de l’équipe AG2R-Citroën, le natif de Romans-sur-Isère a décidé de changer d’air au début de la saison 2021. Pour cela, il s’était engagé pour deux ans et une troisième en option avec la formation TotalEnergies dirigée par Jean-René Bernaudeau. Une alliance qui va se prolonger au moins la saison prochaine. En effet, dans un entretien accordé au quotidien régional Ouest-France, le directeur du sport de l’équipe TotalEnergies Benoit Genauzeau a fait un point sur l’effectif qui sera mis en place pour la saison 2023 et bâti une nouvelle fois autour de Peter Sagan. Toutefois, Pierre Latour n’est pas le seul à avoir signé un nouveau contrat. « Mathieu Burgaudeau, Fabien Doubey, Valentin Ferron, Pierre Latour et Lorrenzo Manzin ont prolongé l’aventure », a-t-il confié à l’occasion de cet entretien, confirmant également que TotalEnergies pourra compter sur un groupe de 25 coureurs « sauf rebondissement de dernière minute ».

TotalEnergies fourmille de projets


A cela s’ajoute également un départ, celui du sprinteur britannique Chris Lawless. « Au départ, c’était un challenge qu’on souhaitait relever, a assuré Benoit Genauzeau au sujet de l’ancien membre de la formation Ineos. Il a été plus performant lors de cette seconde saison, mais on n’a pas pu atteindre les objectifs fixés. » Le directeur du sport de l’équipe TotalEnergies a également fait le point sur les projets de sa formation, avec notamment la possibilité de mettre en place un collectif féminin. « Le cyclisme féminin avance et se développe à vitesse grand V. On ne peut plus entrer par la petite porte, a-t-il affirmé. Si on fait les choses, on devra bien les faire. Cela fait partie des projets potentiels en tout cas. » La filière de formation pourrait également être renforcée avec une montée en gamme de l’équipe Vendée U. « On travaille dur afin que le projet de Continentale pour Vendée U aboutisse, ajoute Benoit Genauzeau. Après il faut qu’il soit cohérent et clair. Quand le moment sera venu, on mettra le pied sur l’accélérateur. »

>