Israël Start-Up Nation : Froome n'a pas l'intention de raccrocher

Christopher Froome (35 ans) à la retraite, ce n'est pas encore pour tout de suite. A treize jours de fêter ses 36 ans, le Britannique jure qu'il n'a pas l'intention de raccrocher en dépit de ce meilleur niveau qu'il ne parvient pas à retrouver malgré ses efforts. Conscient de n'être que l'ombre du champion qu'il était encore il y a deux ans avant cette terrible chute sur le Critérium du Dauphiné 2019 dont il ne semble toujours pas remis à ce jour, le quadruple vainqueur du Tour de France n'a pas pour autant l'intention de baisser les bras, ni d'en rester là. Au même titre que Froome préfère rire en entendant ses détracteurs l'inviter à ranger son vélo au placard. Car ce serait mal le connaître, confie l'intéressé ce vendredi sur sa chaîne Youtube. Et, au contraire, plus l'ancien leader de l'équipe Sky, passé à l'intersaison sous les couleurs de la formation Israël Start-Up Nation, sent combien il ferait plaisir à du monde en mettant un terme à sa carrière, plus il a envie de la poursuivre, et de faire taire tous ceux qui le disent fini pour le cyclisme au haut niveau. « Après ces deux courses, j’ai vu beaucoup de personnes sur les réseaux sociaux me dire des trucs comme : ''range ton vélo'', ''tu es fini'', ''tu ne reviendras jamais''. Cela me fait juste rire (...) Ils ne savent pas qui je suis, je ne suis pas quelqu’un qui abandonne. Je sais que je peux le faire. Cela prend juste du temps, cela demande du travail, mais j’aime les sacrifices que cela demande pour être un coureur professionnel. En plus, c’est un nouveau challenge pour moi aussi, au sein d’une nouvelle équipe avec un nouveau coach, de nouveaux coéquipiers, mais j’aime ça. Cela me motive », assure « Froomey », qui se réjouit de pouvoir avoir le choix encore aujourd'hui de quitter ou de doubler.

Froome : « Je sens que je progresse »





Car il y a deux ans, après avoir heurté un mur en pleine descente alors qu'il reconnaissait le contre-la-montre du Dauphiné, sa carrière avait été à deux doigts de s'arrêter net. « Beaucoup de gens ne se rendent pas compte combien ma blessure a été grave et que je viens de tellement loin pour revenir à un niveau professionnel », tient d'ailleurs à rappeler celui qui n'a plus levé les bras depuis sa victoire sur le Giro en 2018. Cela commence à dater. Néanmoins, Froome ne perd pas espoir de prendre le départ du Tour de France, le 26 juin prochain à Brest, dans une forme physique qui lui permettra d'au moins viser un podium de nouveau. Et il a tout prévu pour. « Je sens que je progresse et je me sens bien dans le peloton. L’objectif sera de travailler sur mon corps et de perdre un peu de masse musculaire que j’ai prise durant ma rééducation avec le fitness. Je vais bien soigner ça, me concentrer sur la nutrition et pousser un peu les limites en altitude. »

>