Ineos : Bernal ne se concentrera bien que sur le Tour de France cette année

Il a donc bel et bien revu ses plans. Initialement, Egan Bernal avait l'intention de doubler le Giro et le Tour de France. Finalement, le vainqueur de la dernière Grande Boucle a décidé de changer d'avis, poussé par sa propre équipe. En 2020, le Colombien se concentrera donc sur le Tour de France, avant de se tourner vers le Tour d'Italie, mais seulement en 2021. En attendant, le coureur de la formation Ineos a pris part au Tour Colombia, la semaine dernière, où il a pris une solide quatrième place. Sa prochaine échéance sera Paris-Nice, qui se tiendra du 8 au 15 mars prochains. Bernal avait d'ailleurs remporté cette épreuve l'an passé.

« Il y a une semaine de moins cette année entre les deux épreuves »


Dans un entretien accordé à El Pais, le natif de Bogota est une nouvelle fois revenu sur cet hypothétique doublé qu'il avait donc un temps envisagé pour cette année, avant de revenir sur sa décision : « C'est vrai que j'ai pensé à cette possibilité. Mais nous avons tout de suite vu que ce n'était pas la meilleure année pour le réaliser. Premièrement parce que j'ai 23 ans et que je n'ai jamais couru deux Grands Tours dans une même saison, sachant qu'en tant que vainqueur du Tour de France, les gens attendraient de moi que je sois au minimum sur le podium du Giro. Et il aurait fallu ensuite que j'enchaîne sur le Tour alors qu'il y a une semaine de moins cette année entre les deux épreuves. J'ai beaucoup d'années devant moi. Le Giro est une course que j'aime beaucoup et que je m'étais mis dans la tête de faire. Mais je comprends l'équipe. La meilleure décision est de me concentrer sur le Tour cette année et sur le Giro l'année suivante. »

« Je ne sais pas pour le moment si je serai le leader sur le Tour de France »


Dans la même interview, le Colombien, âgé de tout juste 23 ans, a évoqué son quotidien aux côtés de Christopher Froome, mais également de Geraint Thomas. Les trois hommes sont attendus sur le prochain Tour de France. Une future hiérarchie qui se décidera directement sur la route, selon Bernal : « Il ne sert à rien de penser à cela dès maintenant et de me casser la tête. Je ne sais pas pour le moment si je serai le leader sur le Tour de France. Nous serons protégés tous les trois sur les étapes de plaine et lorsque la course deviendra dure, l'équipe devra prendre une décision pour ne pas que le Tour nous échappe. Ce que je vois actuellement, c'est que j'aurai deux très bons coéquipiers et qu'ils méritent le respect de tout le monde, tout comme moi d'ailleurs. »