Deceuninck-Quick Step : Lefevere fait le point sur la prolongation de Cavendish


Trop gourmand Mark Cavendish ? Alors que le quotidien belge Het Nieuwsblad, avait annoncé en début de semaine que les négociations autour de la prolongation de contrat du sprinteur britannique chez Deceuninck-Quick Step avaient débuté, le feuilleton risque de constituer l'une des attractions de cette fin d'année. Interviewé par Het Laatste Nieuws, le manager général de l'équipe Patrick Lefevere a confirmé que des discussions étaient en cours pour une prolongation jusqu'en 2022, mais que le dossier s'annonçait complexe. En cause : les exigences salariales trop élevées du coureur, à en croire son directeur. "Je respecte Mark. Nous avons sauvé sa peau. Nous lui avons donné tous les outils. Il a relevé le défi et il l'a fait. Et maintenant, il pense qu'il est temps d'encaisser à nouveau. Est-ce qu'il fera la même chose ? Cela me semble peu probable. Et puis la prochaine discussion commence, combien il devrait gagner l'an prochain ? C'est une question très difficile, même pour moi". "Je peux difficilement donner à quelqu'un qui gagne quatre étapes du Tour et le maillot vert, quatre étapes du Tour de Turquie et une étape du Tour de Belgique le même salaire que cette année, poursuit le manager de l'équipe belge. Mark a des attentes très élevées à cet égard et je suis très réaliste. C'est une négociation difficile".


Une image différente entre Londres et la Belgique


Le hic, c'est que Cavendish aurait revu ses exigences salariales à la hausse. L'équipe de Julian Alaphilippe l'avait engagé en début d'année pour un salaire minimum et c'est le coureur lui-même qui avait dû trouver des sponsors pour se payer. Désormais avec un Tour de France exceptionnel bouclé avec quatre victoires d'étapes et le maillot vert, l'image de l'homme de l'Ile de Man a été redorée et ses ambitions sur certains points ne sont plus les mêmes. " Il commence maintenant à me parler de son image. "Il dit : "avec mon image je vaux tellement". Je lui dis : "ton image à Londres est différente de ton image en Flandre occidentale, avec tout le respect que je te dois". Aucun de mes sponsors de Flandre occidentale vont faire amende honorable pour payer à Mark Cavendish un salaire plus élevé pour son image", poursuit Lefevere, très remonté.

Lefevere: Mark Cavendish thinks it's time to cash in again

No 2022 Tour de France spot available as Deceuninck-QuickStep boss gives his take on contract negotiationshttps://t.co/atBKIvDbwF


— Cyclingnews.com (@Cyclingnewsfeed) September 15, 2021


Jakobsen préféré à Cavendish sur le Tour 2022


Une discordance qui pourrait s'exacerber encore à l'horizon du prochain Tour de France, puisque ce n'est pas Cavendish mais Fabio Jakobsen qui devrait endosser le rôle de sprinteur numéro 1 de l'équipe. Une décision que "Le Cav" aurait du mal a accepter, plus encore au vu de ses performances cette saison et avec à l'esprit de battre le record d'Eddy Merckx " Mark disait toujours la même chose : "L'an prochain, c'est Fabio, c'est le plus rapide du monde, il est jeune, il doit aller sur le Tour. Maintenant, je sens qu'il veut retourner sur le Tour l'année prochaine. Mais je n'irai pas sur le Tour avec deux sprinteurs l'année prochaine. L'année prochaine, Fabio Jakobsen sera notre homme pour le Tour." Reste désormais à savoir si les deux parties arriveront à se mettre d'accord, et si Cavendish obtiendra à la fin de carrière le poste qu'il souhaite au sein de sa formation. Loin d'être gagné.

>